Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Ecole de Crots

Les Hautes-Alpes, deuxième département le plus attractif pour les enseignants

Les Hautes-Alpes sont le deuxième département le plus attractif pour les enseignants du premier degré, selon le dernier bilan social 2012-2013 de l’Education nationale. Lors du mouvement 2013, il y avait en moyenne 21 demandes d’affectation dans les Hautes-Alpes pour une demande de départ.

En 2013, 16.900 enseignants du premier degré étaient candidats au mouvement interdépartemental (désirant sortir de leur département d’affectation), soit 4,8 % des titulaires. Près de la moitié des candidats au mouvement interdépartemental sont issus des départements des académies d’Île-de- France (48,2 % dont 16,5 % en Seine-Saint-Denis), alors que ces départements ne représentent que 19,6 % de l’ensemble des effectifs d’enseignants. Sur 16.900 demandes d’entrée en premier vœu, cinq départements totalisent plus d’un cinquième des demandes (Haute- Garonne, Paris, Gironde, Seine-et-Marne et Hérault).

Le bilan social de l’Education nationale relève que le ratio du nombre de demandes d’entrées en premier vœu sur le nombre de demandes de sorties permet de mesurer l’attractivité des départements. En 2013, six départements enregistrent plus de dix demandes d’entrées en premier vœu pour une demande de sortie : les Pyrénées-Atlantiques (42,5), les Hautes-Alpes (21), le Puy-de-Dôme (14,1), la Haute-Garonne (12,4), les Pyrénées-Orientales (10,9) et le Morbihan (10,3). À l’inverse, le nombre de demandes d’entrée en premier vœu rapporté au nombre de demandes de sortie le plus faible concerne la Seine-Saint-Denis (279 demandes de sortie pour une demande d’entrée en premier vœu), la Guyane (9,7), les Hauts-de-Seine (8,8), les Ardennes (7,6), l’Orne (6,1) et l’Yonne (5,7).


+ Sur le même sujet...