Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus

Quand PBR suggérait que les maires puissent limiter la vitesse des trains

Après l’accident entre un train et un camion, qui s’est produit jeudi à Laragne-Montéglin, le sénateur Pierre Bernard-Reymond rappelle qu’il avait préconisé, en mars 2013, que « les maires aient autorité pour fixer la vitesse des trains dans la partie agglomérée des villes et villages qui comportent des passages à niveau ».

Dans sa réponse publiée au Journal officiel du 19 décembre dernier, le ministre des Transports avait estimé que cette proposition ne lui paraissait pas « envisageable ». Sur le réseau ferré national, Réseau ferré de France (RFF) est chargé de réglementer la vitesse des trains.

« La vitesse limite par tronçons est inscrite au document de référence du réseau de RFF qui est publié chaque année », indiquait le ministre. « Il n’y a pas de textes particuliers qui réglementent la vitesse des trains aux passages à niveau ».

« Il ne me paraît pas envisageable de mettre en œuvre la proposition visant à faire ralentir systématiquement les trains au franchissement des passages à niveau dans les agglomérations car celle-ci accroîtrait très largement les temps de trajet des convois ferroviaires, notamment en raison du nombre important de passages à niveau sur certaines lignes, qui se trouvent parfois espacés de 500 mètres seulement. Le franchissement d’un passage à niveau par un véhicule routier n’est pas un acte de circulation anodin. Le croisement routier d’une voie ferrée est par nature dangereux et nécessite que les conducteurs de véhicules et les gestionnaires de la voirie et du réseau ferré adoptent, chacun en ce qui le concerne, les comportements et les mesures spécifiques propres à garantir la sécurité de ces franchissements. »

Matheron produits pétroliers Gap