Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Christine Nivou

Veynes : Christine Nivou démissionne du conseil municipal et de la CCBD

L’ancienne maire de Veynes, Christine Nivou (PS), a envoyé sa lettre de démission de son mandat de conseillère municipale d’opposition, ce mardi, à son successeur, René Moreau. Elle a également écrit, de manière moins laconique, au nouveau président de la communauté de communes Buëch-Dévoluy (CCBD), Jean-Marie Bernard, en déplorant le « mépris » dans lequel a été tenue l’opposition municipale veynoise, selon elle. « Cette installation du conseil communautaire m’a beaucoup déçue », écrit-elle à M. Bernard. C’est Jean-Louis Pelloux, le suivant sur la liste qu’elle conduisait, qui devrait succéder à Mme Nivou au sein du conseil municipal de Veynes. A la CCBD, c’est nécessairement une femme qui devra remplacer Christine Nivou. Elle va se consacrer à son mandat de conseillère régionale déléguée à la ruralité. Elle est également suppléante de la députée Karine Berger.

« Je prends du recul par rapport à la vie municipale », déclare Christine Nivou, dont la liste avait été battue dès le premier tour par celle de son successeur, René Moreau. « Le résultat des élections a été suffisamment clair. Je passe vraiment à autre chose. »

Tout en rappelant qu’elle « respecte le verdict des urnes », elle estime que « le maire revient en arrière sur certains projets », citant notamment la médiathèque. Elle se dit également « très déçue » de l’attitude de Jean-Marie Bernard, « avec lequel nous avions travaillé pour rapprocher les communautés de communes des Deux-Buëch et du Dévoluy. Je portais beaucoup d’espoir dans cette communauté de communes. Jean-Marie Bernard ne nous a pas informés au préalable de sa candidature. Il y a eu une suspension de séance lors de son installation et les électeurs de gauche de Veynes ont été tenus à l’écart. C’est une marque de mépris. » Elle évoque aussi le fait que deux adjoints au maire de Veynes, « qui vivent à Paris, sont des cousins de Jean-Marie Bernard, et l’un d’eux (Marc Ventre, NDLR) a été élu vice-président de la CCBD, alors qu’il n’était même pas présent lors de la séance d’installation ».

S’agissant de son avenir politique, Christine Nivou ne se prononce pas sur ses ambitions éventuelles. « Je me consacre à mon mandat régional », indique-t-elle. « Pour l’instant, je digère un peu tout ça. Je reprends mes marques, y compris dans ma vie personnelle, après avoir consacré énormément de temps à mes mandats, et non sans plaisir. »


+ Sur le même sujet...