Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Klaus Ohlmann a réussi son nouveau défi : survoler l'Everest avec son motoplaneur, sans moteur, et en ramener des images à couper le souffle (crédit photo : Klaus Ohlmann).Klaus Ohlmann a réussi son nouveau défi : survoler l'Everest avec son motoplaneur, sans moteur, et en ramener des images à couper le souffle (crédit photo : Klaus Ohlmann).

Serres : le pilote Klaus Ohlmann survole l’Everest en planeur !

Klaus Ohlmann a réussi son nouveau défi : survoler l'Everest avec son motoplaneur, sans moteur, et en ramener des images à couper le souffle (crédit photo : Klaus Ohlmann).
Klaus Ohlmann a réussi son nouveau défi : survoler l’Everest avec son motoplaneur, sans moteur, et en ramener des images à couper le souffle (crédit photo : Klaus Ohlmann).

Klaus Ohlmann a pu réaliser son rêve en conquérant l’Everest en planeur pur (sans l’aide du moteur) grâce à la combinaison de thermiques, rotors et de l’onde. L’exploit, qui a eu lieu le 1er février, vient d’être révélé en toute discrétion sur le site de Quo Vadis, son centre de vol à voile de Serres (La Bâtie-Montsaléon).

Il devrait rallier Serres prochainement, en volant avec son Stemme, un motoplaneur en fibres de carbone de 850 kg et 23 m d’envergure.

Klaus Ohlmann avait décollé de Berlin le 13 octobre pour rejoindre Pokhara, au Népal, dans le cadre du Mountain Wave Project. Ce groupement de passionnés de vol à voile, météorologues et scientifiques, qu’il a créé en 1998, a pour but de faire avancer les connaissances dans le domaine de l’onde, un phénomène créé par les vents forts en altitude à l’origine des records en vol à voile. L’objectif de cette campagne de mesures dans l’Himalaya, menée avec plusieurs organismes de recherches allemands, était de réaliser des prises de vues verticales en 3D en vue de créer des modèles en relief des différentes régions népalaises. Jusqu’alors, de telles images n’avaient pu être réalisées que par satellite. L’une des applications envisagées est de prévenir les risques pour la population.

« J’ai atteint mon but : être le premier pilote de planeur au-dessus de l’Everest et produire les photos de vol à voile les plus impressionnantes (et à couper le souffle) au monde », commente Klaus Ohlmann dans un récit écrit publié sur le site de Quo Vadis.

Agé de 62 ans, cet ancien dentiste allemand s’est installé en 1993 à Serres. Et cet ex-compétiteur a gardé le goût de l’exploit, en se lançant en 1997 dans la course aux records du monde (il en détient une quarantaine). Il vient donc d’ajouter un nouvel exploit à son palmarès !

Retrouvez des images de son survol de l’Himalaya, fin janvier : Klaus Ohlmann sur l’Himalaya en planeur

Matheron produits pétroliers Gap