Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Loup

Le gouvernement prévoit d’autoriser le prélèvement de 36 loups en 2014-2015

Le nombre de loups pouvant être prélevés pourrait atteindre jusqu’à 36 spécimens pour la période 2014-2015, soit douze de plus qu’auparavant, selon un projet d’arrêté du ministère de l’Ecologie soumis à consultation publique. Cette consultation, ouverte le 22 mai, se poursuit jusqu’au 15 juin. Le projet d’arrêté sera soumis au conseil national de protection de la nature le 11 juin prochain.

Le texte publié par le ministère fixe à 24 spécimens le nombre de loups pouvant être prélevés, soit le même nombre que pour la période 2013-2014. La nouveauté réside dans l’introduction d’un principe de révision «dans la limite de douze spécimens supplémentaires, à compter de la date éventuelle à laquelle vingt spécimens de loups auront été détruits». Rappelons cependant que seuls dix loups ont été tués en 2013, soit par des tirs de prélèvement, soit par d’autres actes de destruction volontaire (tirs non autorisés, empoisonnement…).

Un second projet d’arrêté fixe la liste des départements dans lesquels les prélèvements peuvent être effectués, en fonction des zones de présence permanente du prédateur (ZPP). Les Hautes-Alpes et les Alpes-de-Haute-Provence sont bien entendu réinscrits. De nouveaux départements font en revanche leur apparition : l’Ariège, l’Aude, les Bouches-du-Rhône, l’Ardèche, la Haute-Marne et la Meuse.

Une pétition de Cap Loup contre « la chasse aux loups »

De son côté, Cap Loup (Collectif des associations pour la protection du loup) a lancé une pétition contre la campagne d’abattages des loups. « La France s’est lancée dans la chasse aux loups, espèce protégée, alors que 75% des Français trouvent inacceptable qu’on abatte cette espèce », indique le texte de la pétition. Cap Loup demande à Ségolène Royal « de mettre fin à la politique des tirs et de faire appliquer une véritable protection du loup », « de favoriser un élevage responsable et compatible avec la conservation de la biodiversité », « de ne plus indemniser les éleveurs qui ne gardent pas ou ne protègent pas suffisamment leurs troupeaux » et « de faire cesser la haine qui sévit autour du loup et de ses protecteurs ». La pétition a recueilli à ce jour 2741 signatures (http://www.mesopinions.com/petition/animaux/vive-loup-vive-pastoralisme/12096).

Site de la consultation publique du ministère de l’Ecologie : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/1-projet-d-arrete-fixant-le-nombre-a483.html?id_rubrique=2