Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Sandrine Amphoux Devillard

Puy-Saint-Pierre : nouveau rebondissement dans l’affaire « Marcel Amphoux »

Le site LePoint.fr révèle ce mercredi que Sandrine Devillard-Amphoux, la veuve de Marcel Amphoux qu’elle avait épousée en septembre 2011 à Puy-Saint-Pierre, a porté plainte pour abus de confiance et tentative d’extorsion. Selon « Le Point », Mme Amphoux, accompagnée de son avocat, Me Charles Lasvergnas, a été entendue pendant plus de quatre heures ce mardi après-midi par la juge d’instruction de Gap, Christine Piccinin.

Après la mort de Marcel Amphoux, en novembre 2012, dans un accident de la route, des locataires du défunt avaient produit un document, par l’intermédiaire de Me Jean-Michel Colmant, avocat à Gap, dans lequel il déshéritait sa femme et léguait ses biens à ses locataires et à sa cousine. En avril, Sandrine Devillard-Amphoux a déposé une plainte avec constitution de partie civile pour abus de confiance et tentative d’extorsion. Elle assure que ce n’est pas l’écriture de son défunt mari qui figure sur ce document.

Le mariage de Marcel Amphoux et de Sandrine Devillard s’était déroulé sous les huées de plusieurs habitants de Puy-Saint-Pierre, en septembre 2011. Ce mariage avait eu un retentissement médiatique national, et même international. Il suscitait en effet des interrogations alors que ce vieux garçon de 67 ans, vivant chichement dans une maison sans confort, épousait une pimpante quadragénaire parisienne, ayant une activité dans l’immobilier. Marcel Amphoux possédait quatre maisons -que des locataires occupaient à titre gracieux- et plusieurs terrains dans le secteur de Serre Chevalier, pour une valeur estimée à un million d’euros.

Avant le mariage, le maire de Puy-Saint-Pierre avait d’ailleurs saisi le procureur de la République de Gap, qui avait fait diligenter une enquête par les gendarmes. Marcel Amphoux avait alors indiqué qu’il épousait sciemment Sandrine Devillard, et le parquet n’avait donc émis aucune réserve pouvant empêcher cette union.