Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
école

Rythmes scolaires : tirs de barrage du PS contre le maire de Gap

29 Mai 2014 - 11:19

Après l’initiative du maire de Gap, Roger Didier, d’envoyer un questionnaire aux parents d’élèves au sujet de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires en laissant entrevoir un possible report, la députée Karine Berger et le groupe PS-PCF du conseil municipal de Gap critiquent, dans des communiqués, la position de la municipalité.

Karine Berger tient ainsi « à rappeler aux municipalités qui font preuve de mauvaise volonté pour mettre en place la réforme des rythmes scolaires qu’elles ne peuvent se soustraire à l’application de la réglementation. Elles devront l’appliquer dès le mois de septembre prochain. » Pour la députée PS, « le gouvernement a bien conscience du coût de cette réforme. C’est pourquoi l’aide octroyée aux communes est prorogée. En ce qui concerne l’assouplissement prévu dans le décret de Benoît Hamon, cet assouplissement ne vise qu’à permettre sous certaines conditions restrictives aux communes qui rencontreraient de graves difficultés dans la mise en place de la réforme de grouper le temps prévu pour les activités périscolaires sur une demi-journée. En aucun cas, ce décret n’ouvre la possibilité d’un nouveau report dans l’application de la réforme. Les municipalités qui laissent entendre qu’un report est possible cherchent à tromper les parents d’élèves et la communauté éducative. »

De leur côté, Bernard Jaussaud et les élus de son groupe (dont Karine Berger) évoquent une manœuvre de « diversion » du maire de Gap, « en tentant de prendre les parents d’élèves en otages ». Le communiqué rappelle que le décret Hamon donne la possibilité aux communes de concentrer les activités périscolaires sur une demi-journée « à condition de présenter un projet en accord avec les conseils d’école avant le 6 juin. Or, en envoyant un courrier le 23 mai offrant la possibilité de répondre pour le 6 juin, le maire de Gap doit savoir qu’il ne pourra pas présenter le même jour un projet consensuel prenant en compte les réponses. Il ment donc sciemment aux parents et aux professeur des écoles. »

Quant au cas de Lyon, où les familles seront mises à contribution financièrement et qui est cité dans le questionnaire envoyé par la mairie de Gap, les élus PS-PCF soulignent que Gérard Collomb « l’a annoncé clairement pendant la campagne des municipales » et qu’il « n’a pas attendu d’être élu pour sortir une mesure de son chapeau ».


+ Sur le même sujet...