Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
école

Rythmes scolaires : les enseignants dénoncent le « mépris » du maire de Gap

Dans un communiqué publié ce mercredi, une intersyndicale réunissant l’ensemble des organisations d’enseignants (SGEN-CFDT, SNUipp-FSU, SUD Education, CGT Educ’Action, SE-UNSA) dénonce « la méthode anti-démocratique, le manque de respect et le mépris avec lesquels M. Didier, maire de Gap, traite la communauté éducative dans son ensemble » dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires. « Gap est la seule commune du département n’ayant toujours pas informé les usagers de l’école et les services de l’Etat des nouveaux horaires scolaires induits par le décret Peillon. Les enseignants, les personnels municipaux , les parents d’ élèves, ne peuvent organiser la rentrée prochaine dans de bonnes conditions, tant sur le plan professionnel que personnel », indique le communiqué. Contactée, la mairie de Gap n’a pas souhaité réagir avant l’issue du dépouillement du questionnaire qu’elle a envoyé aux parents d’élèves. Roger Didier devrait s’exprimer la semaine prochaine, selon son entourage.

La mairie de Gap, qui avait demandé le report de la mise en place des nouveaux rythmes scolaires à la rentrée 2014, n’a toujours pas arrêté son projet. C’est le Directeur académique des services de l’Education nationale (Dasen) qui a arrêté les horaires de la rentrée, la Ville de Gap n’ayant pas répondu dans les délais. Et le maire de Gap vient d’adresser un questionnaire aux familles pour solliciter leur avis, en laissant la porte ouverte à un nouveau report de la réforme, qui n’est pourtant pas permise par les textes. Les parents d’élèves ont jusqu’à ce vendredi 6 juin pour répondre à ce questionnaire, alors qu’il s’agit de la date-butoir pour les communes pour fixer le cadre des activités périscolaires qu’elles devront mettre en place à la rentrée prochaine dans le cadre du rétablissement de la semaine scolaire de quatre jours et demi. La municipalité a fait savoir qu’elle ne ferait connaître sa décision que le 30 juin.

Le maire de Gap « ne peut pas repousser sa décision indéfiniment ni se soustraire à ses responsabilités au détriment de tous les usagers, aux professionnels de l’école et au monde associatif », estime l’intersyndicale. « M. Didier fait fi des demandes d’audience et des injonctions de l’Inspection académique concernant les diverses échéances et s’octroie un nouveau délai de réflexion supplémentaire en dehors de tout cadre dérogatoire. »

L’intersyndicale précise que, « conformément au calendrier imposé par le ministère, tous les conseils d’école se sont réunis et ont proposé une organisation du temps scolaire au plus tard en décembre 2013. Monsieur le maire s’était engagé lors des réunions publiques à formaliser le PEDT (projet éducatif de territoire) en mai 2014, à partir des travaux des conseils d’école comme l’indiquent les textes officiels. L’intersyndicale demande que la mairie de Gap fasse connaître au plus tard le 6 juin et en toute transparence : les horaires des différentes écoles en respectant le choix des conseils d’école, les activités qui seront mises en place, l’organisation, la méthodologie et le calendrier prévus pour être le plus efficace possible afin que la rentrée scolaire 2014 ne soit pas subie. »


+ Sur le même sujet...