Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Voie ferrée

Chemin de fer : la ligne Grenoble-Gap menacée de disparition

C’est une association grenobloise, l’ADTC (association pour le développement des transports en commun de la région grenobloise), qui vient de tirer le signal d’alarme. Selon elle, la ligne Grenoble-Veynes-Gap est condamnée à disparaître d’ici dix ans, faute d’investissements pour sa modernisation.

Pour l’heure, les trains sont amenés à ralentir, notamment sur la partie haute de la ligne, entre Clelles (Isère) et Lus-la-Croix-Haute (Drôme), afin de garantir la sécurité au regard d’une voie vieillissante. Au dernier comité de ligne, qui s’est tenu à Clelles le 28 novembre, RFF (Réseau ferré de France), qui gère les infrastructures ferroviaires, a annoncé que ces ralentissements, qui augmentent un temps de parcours déjà long entre Grenoble et Gap, vont encore s’étendre. « Tableaux à l’appui, RFF a expliqué comment les relations avec Gap seront suspendues au plus tard en 2023 », indique l’ADTC.

L’association a donc écrit à tous les élus pour les alerter « car cette ligne est essentielle pour les relations entre Grenoble et les Hautes-Alpes ou la vallée de la Durance et possède un potentiel important de développement ».

RFF a chiffré les travaux de rénovation et de modernisation de la signalisation à environ 20 M€. L’ADTC se mobilise afin que les prochains contrats de plan Etat-Région 2014-2020, qui sont en cours de négociation (une réunion a eu lieu à Gap ce lundi), prennent en compte la ligne Grenoble-Veynes-Gap, qui a la particularité d’être à cheval sur deux régions, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur.


+ Sur le même sujet...