Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Parking de Bonne2

Gap : le marché du parking de Bonne annulé par le tribunal administratif

Le tribunal administratif de Marseille vient d’annuler l’attribution du marché du parking de Bonne, à Gap, au groupement constitué par l’entreprise Allamanno de L’Argentière-la-Bessée. Ainsi que l’avait révélé L’e-media 05, c’est un candidat malheureux à l’appel d’offres, Vigna Méditerranée à Fréjus, qui a déposé un recours. Et c’est la fédération du BTP qui a annoncé, ce jeudi, dans un communiqué, la décision du tribunal, en épinglant, sans le citer, la « communication (au travers d’un blog personnel) maladroite, et lourde de conséquences, d’un élu municipal, membre de la commission d’appel d’offres ». L’élu en question est Jean-Claude Eyraud, conseiller d’opposition (groupe Gauche), qui a effectivement publié un texte le 26 septembre 2013 dans lequel il résume les offres des trois candidats (Ragoucy, Vigna Méditerranée et Allamanno), tout en précisant qu’il est « de plus en plus convaincu que la municipalité fait une grosse erreur en voulant à tout prix faire ce parking en élévation qui va faire « tâche » en plein centre-ville ».

Du coup, la fédération du BTP déplore que le jugement du tribunal administratif, « dans un contexte économique dégradé pour le secteur du BTP, se traduit par une nouvelle perte de 50 emplois sur un an », et souligne que cela s’ajoute à plusieurs projets actuellement bloqués : la rocade de Gap, les ronds-points de Chorges, Tallard et Saint-Crépin, le projet Haute-Durance de RTE…

De son côté, Jean-Claude Eyraud se dit « très surpris » et demande à connaître le détail des « attendus du jugement ». Il précise que son texte a été publié à l’issue de la première réunion de la commission d’appel d’offres en septembre 2013, « plusieurs mois avant l’attribution du marché par le maire de Gap ». « Après cette réunion, il y a eu analyse des offres par un cabinet, renégociation et délibération de la commission d’appel d’offres, et je n’ai plus communiqué du tout sur la procédure », détaille le conseiller municipal d’opposition. « J’assume ce que j’ai fait, mais de là à me faire supporter la décision en totalité… J’attends quand même d’avoir le détail du jugement. » Au demeurant, M. Eyraud reconnaît qu’il avait été alerté par le préfet à la suite du compte rendu qu’il avait publié sur son blog. « Il m’a dit par la suite que ses services avaient analysé le texte et que j’étais dans mon droit. » A priori, les magistrats marseillais en ont jugé autrement.

Pour l’heure, la Ville de Gap n’a pas souhaité réagir. L’annulation du marché nécessitera le lancement d’un nouvel appel d’offres pour pouvoir engager le chantier, qui sera ainsi retardé de plusieurs mois.


+ Sur le même sujet...