Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Manif enseignants (1)

Rythmes scolaires : des enseignants manifestent devant la mairie de Gap

Une trentaine d’enseignants et de parents d’élèves se sont rassemblés devant la mairie de Gap, ce jeudi après-midi, afin de protester contre « l’opacité » qui entoure la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires dans les établissements de la ville. Cette manifestation, à l’appel du SNUipp, de Sud-Education, du Sgen-CFDT et de la CGT Educ’action, se déroulait pendant que se réunissait la commission de l’éducation du conseil municipal. Des policiers empêchaient l’éventuelle intrusion des manifestants dans la mairie.

La députée Karine Berger, Jean-Claude Eyraud et Guy Blanc, conseillers municipaux d’opposition, qui siégeaient dans la commission, l’ont quittée avant son terme en dénonçant l’absence de réponse de François Daroux, premier adjoint au maire en charge de l’Education, sur la façon dont la réforme serait appliquée à la rentrée de septembre. Selon l’opposition, M. Daroux a uniquement abordé les résultats de la consultation engagée auprès des parents d’élèves. Un millier de familles ont répondu (sur 2450 contactées) et souhaitent, à 81,3%, un report de la réforme. Le recteur de l’académie d’Aix-Marseille a cependant rappelé ce matin que les nouveaux rythmes s’appliqueraient d’autorité à la rentrée, quelle que soit la position des communes récalcitrantes. A défaut de projet local, les élèves auront école le mercredi matin et la classe s’achèvera à 15h45 les autres jours. Le ministre de l’Education nationale, Benoît Hamon, a quant à lui répondu, ce jeudi, aux communes demandant un moratoire, que, «le 2 septembre, s’appliquera au nom de l’égalité dans toutes les écoles de France la réforme».

A la sortie de la commission Education, Jean-Claude Eyraud indique qu’il a demandé à avoir communication de la délibération qui sera soumise au conseil municipal le 20 juin prochain dans le délai légal, soit ce vendredi dernier délai… Il demande également le compte-rendu des conseils d’écoles sur la mise en place des nouveaux rythmes. Quant à Karine Berger, elle dénonce l’attitude du maire de Gap, en rappelant qu’il doit appliquer la loi. Elle évoque aussi un « mépris » vis-à-vis des parents d’élèves, qui n’ont encore aucune information sur ce qui se passera à la rentrée…

Interrogé ce jeudi matin par L’e-media 05, le maire, Roger Didier, a refusé de s’exprimer, annonçant qu’il donnerait sa position lors du conseil municipal du 20 juin.

« Nous avons une rentrée à préparer et nous ne sommes pas en capacité de le faire », dénoncent les représentants des syndicats d’enseignants. « Les parents sont dans l’attente, les associations aussi pour la redistribution des salles et des gymnases. Nous voulons des réponses. »

Les enseignants n’en auront pas obtenu ce jeudi après-midi. Les syndicats vont donc demander une audience au préfet des Hautes-Alpes. Ils organisent également une réunion de secteur, ce lundi 16 juin à 18h15 à l’école de Puymaure, à destination des enseignants et des parents d’élèves.


+ Sur le même sujet...