Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Vivian Maier affiche

Le film sur Vivian Maier à l’affiche à Saint-Bonnet du 31 juillet au 5 août

30 Juil 2014 - 18:38

Le film documentaire « A la recherche de Vivian Maier », réalisé par John Maloof et Charlie Siskel, est sorti sur les écrans français au début du mois. Il n’a cependant pas encore été programmé dans les Hautes-Alpes. Ce sera chose faite à la fin du mois au cinéma de Saint-Bonnet-en-Champsaur, dans le cadre de la bourse photo et du 3e concours Vivian-Maier (qui se déroulent les samedi 2 et dimanche 3 août à la Maison pour tous, à Saint-Julien-en-Champsaur). Le film sera projeté à 21h les jeudi 31 juillet, vendredi 1er août et mardi 5 août.

Le talent de cette photographe de rue américaine d’origine champsaurine, qui avait toujours refusé de montrer ses clichés de son vivant, a été révélé par un agent immobilier de Chicago, qui a acheté une grande partie de ses négatifs dans une vente aux enchères alors qu’il avait entrepris d’écrire un livre d’histoire sur les environs de Chicago.

Vivian Maier (1)L’œuvre de Vivian Maier est déjà connue dans le milieu de la photo, grâce aux expositions organisées à travers le monde. « Vivian Maier était une sorte d’espionne. Avec son appareil photo, elle saisissait la vie urbaine, le plus souvent accompagnée des enfants qu’elle gardait, elle captait l’humanité qui l’environnait, et cela en n’importe quel lieu : parcs, bidonvilles, banlieues… En tant qu’artiste, Vivian Maier fut une outsider, qui témoigna d’une réelle empathie pour les gens en marge qu’elle aimait photographier », précise Charlie Siskel.

Vivian Maier a vécu d’abord à New York puis à Chicago où elle exerçait le métier de nounou. Elle a séjourné à plusieurs reprises à Saint-Julien-en-Champsaur d’où sa mère était originaire et c’est d’ailleurs dans le département qu’elle a commencé la photo. Vivian Maier est décrite comme une femme discrète. « Avec autodérision, Vivian Maier se qualifiait de femme mystérieuse. Elle protégeait fièrement son intimité et affirmait son indépendance face aux valeurs bourgeoises des familles avec lesquelles elle vivait. Mais elle a pu secrètement envier les liens affectifs qu’elle observait au sein de ces familles, des liens qui avaient été brisés durant son enfance. Notre film montre les zones d’ombre de Vivian Maier, certaines qu’elle aurait sans doute aimées révéler, d’autres qui n’avaient jusqu’à présent jamais été dévoilées », confient les réalisateurs.

« A la recherche de Vivian Maier » a été sélectionné dans six festivals, dont ceux de Palm Springs, Berlin, Rio de Janeiro, Miami, Toronto et New York.

France Inter a présenté mardi dernier dans son émission “L’humeur vagabonde” une interview de Charlie Siskel qui avec John Maloof a réalisé ce film documentaire. Cet entretien est à ré-écouter en podcast sur : http://www.franceinter.fr/emission-lhumeur-vagabonde-le-realisateur-americain-charlie-siskel

UNE EXPO A GAP EN 2015
La galerie du théâtre La Passerelle, à Gap, présentera une exposition de photos issues de la collection de John Maloof intitulée « Sur les pas de Vivian Maier », du 25 avril au 20 juin 2015.


+ Sur le même sujet...