Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Cohérence socialiste Karine Berger

Karine Berger parmi les initiateurs d’une nouvelle sensibilité au PS

Karine Berger est l’une des quatre députés socialistes qui ont initié, ce mercredi, une nouvelle sensibilité au sein du PS, « Cohérence socialiste », qui était en gestation depuis six mois. Karine Berger, Yann Galut, Valérie Rabault et Alexis Bachelay ne font pas partie des « frondeurs » du parti, dont ils regrettent les méthodes, mais ils déplorent que certains « débats sont devenus interdits au sein du PS ». Ils estiment également que toutes les décisions sont prises à l’Elysée « sans discussion », et demandent une primaire en vue de la présidentielle de 2017, y compris en cas de candidature de François Hollande. Ils publieront un livre en août, « Contre la mort de la gauche », avant la prochaine université d’été du PS.

Aux yeux des fondateurs de « Cohérence socialiste », trois débats sont indispensables sur la politique économiques, les institutions et la question européenne. Ils demandent la convocation d’un congrès anticipé du PS au début de 2015 pour trancher les débats internes sur ces questions. « Ce sont justement ces débats qui sont en train de déchirer la gauche », estime Mme Berger. Et notamment la politique économique du chef de l’Etat, qui s’écarte du programme de François Hollande et divise le PS. « Cohérence socialiste » entend ainsi que les aides aux entreprises soient soumises à conditions et à contrôle. « Il ne peut pas y avoir de chèque en blanc, les aides doivent aller principalement aux PME », considère la députée des Hautes-Alpes.

« Il faut que ceux qui pensent à s’organiser en courant aient bien réfléchi à l’utilité de ce qu’ils portent », a commenté Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et fidèle de François Hollande, à la suite de la présentation de cette nouvelle sensibilité. « Le mieux, c’est si chacun s’engage dans le débat ouvert au sein du Parti socialiste. »


+ Sur le même sujet...