Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le conseil communautaire du Gapençais a voté son premier budget, ce vendredi soir à Gap.Le conseil communautaire du Gapençais a voté son premier budget, ce vendredi soir à Gap.

Agglo du Gapençais : un premier budget de 18,6 millions d’euros

Le conseil communautaire du Gapençais a voté son premier budget, ce vendredi soir à Gap.
Le conseil communautaire du Gapençais a voté son premier budget, ce vendredi soir à Gap.

Le premier budget de la communauté d’agglomération du Gapençais a été voté à l’unanimité, ce vendredi soir à l’hôtel de ville de Gap, les élus de l’opposition de Gap (Jean-Claude Eyraud, Danielle Lange-Mallet et Jean Faure) s’étant abstenus.

Les trois budgets adoptés (principal, assainissement et transports scolaires) atteignent un total de 18,6 millions d’euros (16,9 M€ en fonctionnement et près de 1,8 M€ en investissement). Les charges de personnel se chiffrent à 3,2 millions d’euros. Côté recettes, la taxe sur l’enlèvement des ordures ménagères, la cotisation foncière des entreprises (ex-taxe professionnelle) et les autres taxes devraient rapporter près de 10,2 M€ à la communauté d’agglomération. Les dotations de l’Etat (auxquelles s’ajoutent les participations de partenaires dans le domaine des déchets) devraient atteindre 2,4 M€, étant précisé que « la préfecture n’est pas capable de nous donner le montant de la dotation pour cette année avant avril », a déploré le président de l’agglo, Roger Didier.

Ce vote, qualifié de « moment historique » par M. Didier, n’a pas donné lieu à débat. Le président de la communauté d’agglomération en a profité pour annoncer que les travaux d’extension de la zone de la plaine de Lachaup « vont démarrer dans les jours qui viennent » et que l’assainissement serait raccordé à la station d’épuration de Neffes (désormais gérée par un syndicat mixte réunissant la commune de Neffes et l’agglo du Gapençais). Roger Didier a également prévu l’acquisition de deux bus, « parce qu’il faut les renouveler ». Vingt bus et trois minibus ont été transférés de la Ville de Gap à l’agglo, désormais seule compétente en matière de transports urbains.

Dans ce chapitre, Jean-Claude Eyraud a interrogé le président de l’agglo sur la mise en place provisoire d’une navette électrique entre le centre-ville de Gap et le stade nautique, qui a été prolongée jusqu’au 31 mars. Roger Didier a précisé son coût : 19 500 € pour ces trois mois de fonctionnement. M. Eyraud reproche cette « décision unilatérale », regrette que la commission en charge du dossier « n’ait pas été consultée » et déplore d’avoir appris sa prolongation par la presse.  « Aux alentours du 26 janvier, on a réuni la Prévention routière et Mobil’idées, a expliqué le président de l’agglo. L’expérimentation n’apparaissait pas suffisante pour se faire une idée définitive. Il fallait aller vite car le véhicule dont nous disposions risquait d’être loué à une autre collectivité. Vous remarquerez qu’encore une fois, nous ne sommes pas allés au-delà du 31 mars pour permettre à la nouvelle équipe en place de prendre la décision nécessaire. »

La navette devrait subir quelques modifications à la suite d’une proposition de Mobil’idées: « La navette telle qu’elle est est un peu accidentogène car pas assez transparente. La livrée n’est pas assez allégée. Quand vous suivez à vélo, vous ne voyez pas à travers la navette. » Pour un meilleur fonctionnement de l’outil, il s’agit de sensibiliser cyclistes et piétons, de les encourager à n’utiliser que la voie qui leur est réservée afin d’éviter qu’ils se laissent surprendre par le passage de la navette.

Les indemnités des élus de l’agglo

Répondant à une question de Jean-Claude Eyraud, Roger Didier a précisé qu’il percevait 1 456 € d’indemnité mensuelle au titre de président de l’agglo et que chacun de ses sept vice-présidents percevait 1 234 €.

Matheron produits pétroliers Gap

+ Sur le même sujet...