Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le palais de justice de Gap (photo d'archives).Le palais de justice de Gap (photo d'archives).

Braquage du patron du « Beausoleil » à Gap : les deux suspects seront jugés ce mardi

5 Jan 2015 - 21:15


Les deux suspects qui ont reconnu avoir agressé le gérant du bar « Le Beausoleil » à son domicile, ce dimanche matin à Gap, seront jugés, ce mardi après-midi, en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Gap. Ces deux hommes de 20 et 62 ans devront répondre des faits de tentative de vol en réunion et avec violences ayant entraîné une incapacité totale de travail d’un jour (10 ans d’emprisonnement encourus), transport illicite d’armes (un pistolet et une bombe lacrymogène) et menaces de mort avec arme (sur le témoin qui a tenté de les interpeller).

LIRE EGALEMENT
> Braquage du patron du « Beausoleil » : les deux agresseurs condamnés à 3 et 4 ans de prison

Déjà condamnés auparavant, les deux suspects seront déférés ce mardi au procureur de la République qui les fera juger à 15h, en comparution immédiate. L’un d’eux réside dans les Hautes-Alpes, et le second s’y est installé début décembre.

Dans un communiqué, le procureur Raphaël Balland précise que « la résistance et l’appel à l’aide de la victime ont empêché ses agresseurs de lui voler quoi que ce soit ».

Deux autres hommes avaient été interpellés dimanche matin. Le parquet précise que leur garde à vue a été levée ce lundi en début de soirée. Aucune charge n’a été retenue contre eux.

Ce dimanche, entre 10h et 10h30, David Richaud, le patron du « Beausoleil », a été agressé à son domicile, à proximité de son bar de la place de la République, par deux individus dont le visage était dissimulé. Ils lui ont aspergé le visage de gaz lacrymogène. Les cris de la victime ont alerté des passants, ce qui a mis en fuite les deux braqueurs. Ces derniers ont brandi une arme de poing dans leur fuite pour menacer un homme qui tentait d’interpeller l’un d’eux dans le centre-ville de Gap. Les policiers ont appréhendé les deux agresseurs présumés, ainsi que deux autres hommes, peu après, rue Pérolière.

Le gérant du bar a été secouru par des commerçants de la place de la République, alors qu’il avait le visage brûlé par le gaz lacrymogène et qu’il crachait du sang. Il a été évacué par les sapeurs-pompiers vers l’hôpital de Gap. Très choqué, son incapacité totale de travail a été fixée à un jour.


+ Sur le même sujet...