Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Voeux Michel Vauzelle (1)

Vauzelle : « Une grande région juive, musulmane, chrétienne, laïque et républicaine »


Le président (PS) de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Michel Vauzelle, s’est longuement étendu sur la situation en France au lendemain de la série d’attentats meurtriers, en appelant à la « Résistance participative », ce lundi à Marseille, à l’occasion de ses voeux à la presse.

« Nous sommes une grande région juive », a-t-il notamment déclaré, en hommage au victime de l’attentat du supermarché casher de Vincennes. « Les juifs sont chez eux en France et doivent y être en sécurité. » Il en a profité pour rappeler que, il y a quelques années, il avait lancé que « nous étions une grande région musulmane. Je l’avais dit lorsque je m’étais rendu dans une mosquée dans laquelle une grenade avait été jetée. Nous sommes une grande région juive, musulmane, chrétienne, laïque, parce que républicaine. »

Mais Michel Vauzelle s’est surtout livré à une critique du modèle d’intégration français. « Je n’ai pas découvert hier qu’il y avait un problème », a-t-il expliqué. « Il y a des enfants qui ont sifflé lors de la minute de silence, des jeunes d’origine maghrébine qui ont injurié des gens qui se recueillaient dans le métro. Est-ce que c’est leur faute ou celle d’un pays qui n’a pas su faire ? Comment voulez-vous qu’ils s’y associent quand vous avez un peuple qui n’ose pas brandir son drapeau. En France, ça fait ringard, ça fait Front national. Et la gauche est responsables. Et d’autres aussi, les intellectuels par exemple. Et La Marseillaise, il ne suffit pas de la chanter dans les stades. »

« Ce peuple qui est descendu
dans les rues, il fait lui dire :
qu’est-ce que vous allez faire vous-même ? »

Quid de l’avenir : « Comment les Français vont-ils répondre à cet indispensable changement de société ? » s’est-il interrogé. « La politique est quelque chose de trop sérieux pour être confiée aux seuls hommes politiques », a lancé M. Vauzelle, paraphrasant Clemenceau. « Qui suis-je pour te protéger si tu ne te protèges pas toi-même ? Qui es-tu si tu tiens des propos racistes ou xénophobes ? Ce peuple qui est descendu dans les rues, il fait lui dire : qu’est-ce que vous allez faire vous-même ? Chacun doit veiller au salut de la République. Il faut une nouvelle façon de faire de la politique, notamment pour les jeunes. Si la politique n’apporte pas sa résistance aux forces de l’argent, nous démissionnons et nous aurons ce que nous méritons », a-t-il dit, égratignant au passage « le gouvernement qui recule devant les sociétés d’autoroute, devant les transporteurs routiers… ». Car, a-t-il estimé, « demain, un président de la Région FN ou une présidente de la République FN, ce n’est pas impossible. »

Alors, pour cette dernière année à la présidence de la Région, qu’il quittera en décembre, Michel Vauzelle proclame qu’il ne « jette pas l’éponge. Je me suis battu trois fois contre le FN, contre M. Le Pen. Cette présidence, je vais la mettre au service de cette grande région musulmane, juive, chrétienne et républicaine. Pour qu’elle le reste. »


+ Sur le même sujet...