Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Voeux Chicas (2)

Gap : le déficit de l’hôpital (3 M€) est resté stable en 2014

A l'occasion de cette cérémonie de vœux, le Chicas a honoré les bénévoles et les représentants des usagers, ainsi que des récipiendaires de la médaille du travail et ses nouveaux retraités.
A l’occasion de cette cérémonie de vœux, le Chicas a honoré les bénévoles et les représentants des usagers, ainsi que des récipiendaires de la médaille du travail et ses nouveaux retraités.

« La bonne nouvelle, c’est que notre situation financière ne se dégrade pas ; la mauvaise, c’est que ça ne s’améliore pas non plus », a indiqué Richard Dalmasso, directeur du Chicas (Centre hospitalier intercommunal des Alpes du Sud), ce jeudi soir, à l’occasion de la cérémonie des vœux à l’hôpital de Gap. Le déficit se maintient donc à 3 millions d’euros. « Nous devons donc veiller à ce que les moyens humains soient calibrés au plus juste, au bon endroit et au bon moment. »

Alors que le nouveau contrat avec l’Etat 2015-2017 est en cours de négociation, le directeur général de l’ARS (Agence régionale de la santé), Paul Caster, avait rencontré le directoire du Chicas, la veille. « Il nous a annoncé une diminution des moyens au niveau régional et un gel des postes », a précisé le Dr Joël Constans, président de la CME (commission médicale d’établissement) du Chicas. « Nous voulons faire reconnaître les spécificités du Chicas, dont les investissements coûteux servent à d’autres établissements du département et même des deux départements », a ajouté M. Dalmasso.

L’ARS en est d’autant plus consciente qu’elle veut accroître la coopération entre établissements. « Nous travaillons à la création de deux groupements de coopération sanitaire pour la pharmacie et la biologie, et nous préfigurons ainsi le projet de loi Touraine », a souligné M. Dalmasso. Mais « arriver à des mutualisations entre établissements, ce n’est pas simple », a relevé le Dr Constans. « Vous avez une responsabilité territoriale pour entraîner les autres dans les coopérations et dans une nouvelle dynamique », a lancé Jérôme Vieuxtemps, délégué territorial de l’ARS. « Vous êtes le fer de lance car vous avez été reconnus dans ce sens et que vous êtes aujourd’hui le 9e hôpital de la région. »

Des projets pour le traitement de l’AVC, de l’infarctus et pour le dépistage des cancers

Ces contraintes budgétaires et d’organisation n’empêchent cependant pas le Chicas d’avoir des projets. « Le Chicas ne répond pas encore à tous les besoins », a estimé Richard Dalmasso, citant le traitement de l’AVC ou de l’infarctus du myocarde. « Nous allons envisager un complément à la prise en charge médicale. » Le Dr Constans a ainsi évoqué un projet de coronarographie et de TEP (Tomographie par émission de positions), « en lien avec la médecine nucléaire, sachant que nous avons déjà les compétences humaines au Chicas ».

Au final, Roger Didier, maire de Gap et président du conseil de surveillance du Chicas, a souligné l’importance d’avoir « un hôpital aussi dynamique », qui participe à l’attractivité de la ville. « Nous avons gagné 3300 habitants en cinq ans, soit la population d’une ville comme Veynes, et cette croissance démographique est aussi due à la qualité de nos infrastructures, au-delà du bien vivre à Gap. »


+ Sur le même sujet...