Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Michel Roy Hommage

L’hommage de Michel Roy et du Conseil général à Jean-Yves Dusserre

27 Jan 2015 - 19:23

Pour sa première séance depuis le décès de Jean-Yves Dusserre, le Conseil général a à la fois élu son successeur, Michel Roy, et rendu un vibrant hommage à celui qui était son président depuis 2008. Cet hommage lui a été rendu en présence de sa famille, mais aussi du préfet Pierre Besnard.

« Lorsque je me trouve ici à cette tribune face à vous, je regarde cette porte et je me dis que notre président Jean-Yves Dusserre va la pousser, qu’il va entrer, qu’il va faire un bon mot et qu’il va reprendre les choses en mains… » a indiqué Michel Roy. « Pourtant nous savons tous, depuis le samedi 27 décembre 2014, qu’il ne va plus nous envoyer de SMS pour prendre de nos nouvelles, qu’il ne va plus nous rappeler pour nous dire que le dossier est réglé, qu’il ne va plus apporter la « réponse qui va bien »… C’est donc par ce jour de neige où les bruits sont feutrés, avec la discrétion qui le caractérisait que notre président et sénateur Jean-Yves Dusserre s’en est allé depuis son cher Champsaur. En période de vacances, entre Noël et le jour de l’an, histoire de ne pas déranger, de ne pas perturber les uns ou les autres. C’est d’ailleurs dans la plus stricte intimité qu’il a été accompagné vers son ultime demeure conformément à sa volonté. »

M. Roy a regretté « les couplets trop élogieux de ceux qui la veille l’accablaient, les hommages de circonstance exempts de toute sincérité, les tapages médiatiques trop bruyants pour être honnêtes, les récupérations mal venues… Non, vraiment il n’en voulait pas ! Pourtant le départ de Jean-Yves Dusserre a été un séisme d’une magnitude exceptionnelle ! »

Retraçant sa carrière, Michel Roy a observé qu’en « montagnard aguerri », Jean-Yves Dusserre avait « gravi un à un tous les échelons à force de travail. Lorsqu’il lui arrivait parfois de trébucher, il ne faisait jamais porter le poids de son échec sur les autres et trouvait que la colère était mauvaise conseillère. Chez lui pas de posture, pas d’incantation, du travail, du travail et encore du travail ! »

Pour le nouveau président du Conseil général, « nous savons que la présidence Dusserre restera comme une présidence majeure – peut-être poussée par le contexte économique, je vous l’accorde, mais surtout guidée par la vision de Jean-Yves Dusserre, très impliqué dans la gestion de la collectivité et expert dans chacune de ces compétences. Sans offenser les candidats aux élections sénatoriales présents dans cette salle, je crois que nous étions fiers et heureux que notre président soit le représentant des Hautes-Alpes depuis le 28 septembre à la Haute assemblée ! »

« Désormais l’héritage politique de Jean-Yves Dusserre appartient à chacun d’entre nous, a considéré M. Roy. Pas à ceux qui s’en revendiqueront, mais uniquement à ceux qui appliqueront dans leurs actes ses enseignements et conserveront présentes dans leur esprit ses paroles. Tâchons de nous en montrer dignes, y compris au-delà du 29 mars! »


+ Sur le même sujet...