Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Stephan Blondel Thierry Pajot

Thierry Pajot, ancien président du parti centriste, quitte le MoDem 05

Thierry Pajot, ancien président départemental du Mouvement démocrate (MoDem) de 2012 à 2014, a décidé de reprendre sa « liberté politique vis-à-vis du Modem des Hautes-Alpes », ne se « retrouvant pas dans l’orientation politique actuelle du MoDem 05 ». Dans un communiqué publié ce mardi soir, il « souhaite à ses adhérents de continuer à défendre les valeurs humaines indépendantes et donc, ne pas se contenter des très maigres et rares strapontins proposés par l’UDI et l’UMP aux futures élections locales ».

Fin novembre, les militants du MoDem 05 lui avaient préféré Stéphan Blondel pour prendre la présidence de la fédération du MoDem. Directeur de la plateforme Initiative Nord Hautes-Alpes, M. Blondel est l’ancien directeur de cabinet d’Alain Bayrou (avec lequel il était resté en froid par la suite) et il avait été candidat aux cantonales de 2008 à Briançon-Sud face à Monique Estachy (UMP). C’est un proche de Chantal Eyméoud, présidente départementale de l’UDI. Et, comme on pouvait s’y attendre, son élection a marqué une droitisation du parti centriste, ce dont l’intéressé se défend. « Le MoDem 05 est un parti indépendant et à part entière, soutient Stéphan Blondel. Il n’est ni de gauche ni de droite, il est composé d’adhérents de différentes sensibilités. Nous nous inscrivons dans une démarche de rassemblement et de soutien aux candidats d’ouverture. Et à ce sujet, notre vice-président (François-Olivier Chartier, Ndlr) a été candidat sur la liste de gauche portée par Bernard Jaussaud à Gap. »

Thierry Pajot avait été candidat du MoDem aux dernières élections législatives de 2012, recueillant 1,85% des suffrages au premier tour. « J’avais osé et choisi de défendre, contrairement à d’autres, François Bayrou et le « Centre pour la France ». Je garderai en mémoire et à jamais, les soutiens apportés par les amis centristes au cours de cette campagne de 2012″, indique-t-il dans son communiqué.

M. Pajot s’était également présenté, sans succès, aux élections municipales à Manteyer, en mars dernier, et avait annoncé sa candidature dans le canton de Serres lors des prochaines élections départementales. Mais, dernier coup de pied de l’âne, le nouveau président du MoDem lui a refusé l’investiture à Serres, accordant son soutien à Gérard Tenoux. Stéphan Blondel assure que M. Pajot n’a pas été « en mesure de nous donner le nom d’une colistière ni de candidats suppléants. Le choix de Gérard Tenoux s’est fait naturellement en tant que conseiller général sortant centriste. »

Stéphan Blondel : « Le MoDem 05
souhaite marquer sa différence
et affirmer son indépendance »

Le MoDem ne présentera pas de candidats aux départementales, mais a accordé son soutien à un certain nombre de candidats de droite. « Le MoDem 05 souhaite marquer sa différence et affirmer son indépendance dans ses choix par rapport aux candidatures à l’investiture de l’UMP/UDI, explique M. Blondel. Après son élection à la présidence de l’UMP, Nicolas Sarkozy a clairement souhaité un rapprochement avec le centre de l’UDI mais en aucun cas avec le MoDem. Pour preuve, le soutien aux investitures départementales est bien différent de celui de l’UMP et de l’UDI qui ont décidé de communiquer ensemble. »

Le MoDem soutiendra ainsi Xavier Cret et Catherine Chauvin à Briançon 1 (Briançon – Serre Chevalier) « alors que l’UMP/UDI soutient M. Murgia », observe M. Blondel. Sur le canton de L’Argentière-la-Bessée, le MoDem se distingue également de l’UMP et de l’UDI en soutenant la candidature de Martin Faure et Sandrine Lutz, dont la suppléante sera Sonia Da Silva (MoDem), face au binôme investi par l’UMP (Jean Conreaux et Marie-Noëlle Disdier).

Stéphan Blondel précise que « le MoDem a fait le choix de ne pas se positionner sur les cantons fortement marqués politiquement tels que Tallard, Laragne-Montéglin et Savines-le-Lac. Quant aux autres cantons, le MoDem a fait le choix de soutenir des candidats certes de la majorité départementale sortante mais qui symbolisent l’ouverture et le rassemblement. » Le MoDem se réunira le 17 février pour se prononcer sur les cantons de Gap et d’Embrun.

Pour M. Blondel, le MoDem 05 est « aujourd’hui un parti qui se reconstruit après des années de négligences, qui a vu disparaître tous ses adhérents. Mon travail consiste à redynamiser ce parti. D’ailleurs le nombre d’adhésions a été multiplié par trois depuis mon élection, avec notamment l’arrivée d’élus tels que le maire de Vitrolles, Philippe Biais, et sa première adjointe. »

(Notre montage photo : le divorce est consommé entre Stéphan Blondel, nouveau président du MoDem, et Thierry Pajot, son prédécesseur)


+ Sur le même sujet...