Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Conseil général 140215 (7)

Conseil général : les échos et les petites phrases de la session budgétaire


Le Conseil général des Hautes-Alpes était réuni en session plénière, ce vendredi, notamment pour adopter le budget primitif 2015. Voici quelques échos et petites phrases de ces 4h30 de débats.

Facho
Pendant que Jean-Michel Arnaud dénonçait une nouvelle fois les baisses de dotations drastiques de l’Etat, Gérard Fromm a lâché un mot malheureux : « Facho ». « Ce n’est pas admissible de traiter ainsi un collègue dans cette enceinte, je demande que M. Fromm me présente des excuses », s’interrompt M. Arnaud. Jean-Michel Arnaud se lève et demande à ses collègues de la majorité de quitter la salle avec lui. Quelques uns se dressent. Le président Michel Roy, qui n’avait pas entendu le mot « Facho », ramène le calme. « M. Fromm, je vous demande de retirer ce propos si vous l’avez tenu », ce que l’intéressé accepte finalement de faire non sans livrer ce nouveau commentaire : « J’en ai assez de ce côté donneur de leçon en permanence. »

Tombereau
Revenant sur la fameuse phrase de Patrick Ricou, qui avait déclaré en conférence de presse, à propos de la dette, que « M. Truphème a rempli le chariot, nous sommes passés à la caisse », Auguste Truphème a épinglé Jean-Michel Arnaud, qu’il croyait être l’auteur de ce propos et qui avait siégé dans sa majorité de 2004 à 2008 : « Si on avait écouté M. Arnaud, ce n’est pas un chariot que nous aurions eu, mais un tombereau ! »

Vars
Gérard Fromm a profité de la reconduction du taux de la taxe sur les remontées mécaniques pour demander si Vars la payait de nouveau, « car je n’ai pas l’impression que cette station ait été sortie des subventions ». Patrick Ricou a confirmé que Vars ne participait toujours pas à cette taxe, « mais nous allons rouvrir le sujet avec la nouvelle municipalité ». Marcel Cannat, conseiller général de Guillestre, a approuvé : « Nous demandons la solidarité et donc que Vars contribue à ce fonds. »

Région
Auguste Truphème est intervenu à plusieurs reprises dans les débats pour souligner l’intervention financière de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Au point que le président Michel Roy s’est demandé, sur le ton de l’ironie, si le conseiller général de Laragne-Montéglin allait se présenter aux régionales, en décembre prochain. « On ne sait jamais », a souri M. Truphème.

Hommage
Si Michel Roy a rendu un hommage aux conseillers généraux sortants qui ne se représentent pas (et dont il fait lui-même partie), Christian Graglia a salué sa -courte- présidence à la suite du décès de Jean-Yves Dusserre : « Elle a été modeste et humaniste. Que grâce vous en soit rendue… »

Foreston
Gérard Fromm s’est enquis de l’évolution du projet de résidence touristique au Foreston, sur les rives savinoises du lac de Serre-Ponçon, auprès de Victor Bérenguel. « Nous avons de menues difficultés », a reconnu le maire de Savines-le-Lac. « Il y a la loi Littoral et la question des espaces boisés classés, ce qui nous a valu des problèmes avec le PLU. Les services de l’Etat y travaillent pour trouver une position inattaquable. C’est une réalisation à envisager dans les deux années à venir. »

Internat
Le Conseil général a décidé de fermer l’internat du collège de Laragne-Montéglin, dont le déficit est estimé à 40.000€ par an pour quatre à six élèves accueillis (« Il n’y en a que deux actuellement, dont un habite Laragne », a même précisé Jean-Michel Arnaud). A compter de la rentrée de septembre 2015, les éventuels internes seraient orientés vers celui de Veynes. Le bâtiment de l’internat sera détruit. Auguste Truphème a profité du débat pour marteler son souhait que le collège ne soit pas rénové sur place mais construit sur un autre site. « Ce n’est pas le sujet », a rétorqué M. Arnaud, qui a assuré qu’aucune décision n’était prise à ce sujet. De ce fait, et sans contester la décision de fermeture de l’internat, l’opposition s’est abstenue (à l’exception d’Alain Fardella), ainsi que Rémi Costorier.

Nitrates
Le Conseil général a adopté une motion contre le classement des communes de Gap, Rambaud et Saint-Laurent-du-Cros en zones vulnérables aux nitrates. « Il semblerait que le gouvernement s’en tienne à son projet initial », a regretté M. Arnaud. La motion a été adoptée à l’unanimité. De même que deux autres motions : l’une demandant de redéfinir les débits réservés dans les cours d’eau de montagne, l’autre défendant la nécessité de maintenir le train de nuit et l’accessibilité ferroviaire.


+ Sur le même sujet...