Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
LP Embrun ébénisterie

Embrun : après le tollé des élus, pourquoi le CAP ébénisterie sera remplacé par un BTS


La mobilisation est partie du responsable de la section ébénisterie d’art du lycée professionnel Alpes et Durance d’Embrun depuis 2002 et lui-même ébéniste. M. Vandenabeele proteste contre la décision de fermer le CAP Ebénisterie d’art du lycée à compter de la rentrée prochaine. « Nous sommes à 200 km de la plus proche formation équivalente entre Bourgoin-Jallieu, Aubenas et Marseille », indique l’enseignant. « Les raisons de cette décision n’ont pas été définies clairement et nous semblent aberrantes. Car c’est là que se déterminent les vocations, la passion pour ce métier d’art ou l’orientation qui suivra vers les métiers connexes. » Il a lancé une pétition sur internet qui a déjà recueilli près de 2800 signatures en 15 jours, dont plus de 800 pour la seule journée de ce jeudi. De son côté, le rectorat précise qu’il ne s’agit pas d’une « fermeture sèche » puisqu’elle s’accompagnera de la création d’un BTS au lycée d’Embrun.

Premier à réagir, le maire de Briançon, Gérard Fromm, a dénoncé une décision « incompréhensible et inadmissible ; on se tire une balle dans le pied. La filière bois est un secteur d’avenir, créateur d’emplois et en adéquation avec la transition énergétique. On ne peut donc que déplorer le projet de suppression de la formation ébénisterie d’Embrun et nous appelons tous les citoyens à signer la pétition lancée sur internet pour lui venir en soutien.»

La maire d’Embrun, Chantal Eyméoud, et le conseiller général, Richard Siri, ont également réagi dans un communiqué commun dans lequel ils « s’élèvent vigoureusement » contre une « décision absurde ». Les deux élus soulignent que « la section ébénisterie est la seule de ce type dans le département et au-delà. Elle est particulièrement bien adaptée au caractère montagnard du territoire et à son économie touristique qui incitent au développement de la pluriactivité. Aujourd’hui, la section, forte de 14 ans d’expérience, est reconnue comme section de professionnalisation. L’établissement est aujourd’hui équipé pour assurer cette formation tant en matériel qu’en professeur encadrant. En outre, les récents travaux d’amélioration et extension de l’internat ont intégré la féminisation de cette formation et ces efforts d’adaptation se trouveraient perdus. »

Le député-maire de L’Argentière-la-Bessée, Joël Giraud, a quant à lui écrit au recteur de l’académie d’Aix-Marseille, Bernard Beignier, pour lui demander de réexaminer cette décision. « Cette formation participe d’une offre complémentaire et diversifiée qui trouve toute sa place dans un département où la pluriactivité est indispensable au développement économique et à l’emploi local », observe le parlementaire.

Le rectorat souhaite « augmenter la qualification » en créant un BTS

Interrogé par L’e-media 05, le rectorat d’Aix-Marseille précise que « la fermeture du CAP intervient dans un contexte de faible activité avec assez peu d’élèves inscrits. De plus, nous avons la volonté d’augmenter la qualification. Ce n’est donc pas une fermeture sèche puisqu’il y a parallèlement l’ouverture d’un BTS Systèmes constructifs bois et habitat, qui constitue une offre plus adaptée. Ce BTS aura un rayonnement interacadémique, voire même national. »


+ Sur le même sujet...