Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le train de nuit Paris-Briançon.Le train de nuit Paris-Briançon.

Tous les collectifs de défense du train de nuit appellent à manifester les 21 et 28 février

20 Fév 2015 - 18:08

Comme plusieurs autres secteurs du département, un collectif de défense du train de nuit (dont la pérennité est menacée) et de la ligne des Alpes a été créé mardi soir à Gap sous l’appellation « Gap, sauvons le train ». Une cinquantaine de personnes, à la fois des usagers, associations, représentants de collectifs, des élus, ont, après avoir débattu sur le sujet, décidé des actions à mener. Les prochaines auront lieu les samedis 21 et 28 février, à partir de 21 h, en gare de Gap. Ces dates n’ont pas été choisies au hasard, mais bien pour promouvoir aussi la défense du train de nuit auprès des vacanciers.

Le collectif espère une large mobilisation citoyenne « festive », lance un appel à tous les élus locaux pour qu’ils participent, et à toutes les structures susceptibles de prêter bénévolement leur concours pour l’animation (musique, théâtre de rue, chocolat chaud…).

Le collectif de Gap n’est pas le seul à se mobiliser les 21 et 28 février. Les mêmes actions auront lieu à Briançon (à 20 h), L’Argentière (à 20 h), Mont-Dauphin (à 20 h), Embrun (20h30), Chorges (horaire non défini) et Veynes (21h45). « L’objectif, ces soirs-là, est de sensibiliser les touristes à l’intérêt du train de nuit, de récolter des pétitions (près de 2300 personnes prendront le train de nuit de Briançon à Veynes le 21 et 2500 le 28). Ces manifestations qui se veulent festives ont aussi pour objectif de nous rencontrer et de montrer que les Haut-Alpins sont extrêmement soudés sur la sauvegarde de leur train et qu’ils ne le laisseront pas quitter nos voies sans donner de la voix. C’est pourquoi nous invitons toutes les personnes se sentant concernées à venir nous rejoindre dans les gares ces samedis. Les musiciens peuvent venir avec leur instrument pour contribuer à rendre inoubliable cette soirée qui s’avère déjà sympathique », explique Didier Aouizrat, coordinateur des collectifs.

 


+ Sur le même sujet...