Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Estrosi

Briançon : Romain Gryzka et Arnaud Murgia réconciliés autour de Christian Estrosi

24 Fév 2015 - 22:13

A les voir discuter dans le hall d’entrée des Relais d’Alsace à Briançon en attendant l’arrivée du maire UMP de Nice et ancien ministre Christian Estrosi, on dirait bien que les deux hommes se sont quittés quelques heures auparavant et qu’ils sont les meilleurs amis du monde. Pourtant, la rivalité qui a opposé Romain Gryzka et Arnaud Murgia pendant la campagne des dernières municipales est toujours dans les esprits des Briançonnais.

Les deux jeunes gens – tous deux de droite – briguaient la mairie de Briançon. Et sont parvenus à s’entendre quand un des deux a décidé de se retirer de la campagne.

« Nous ne partirons pas ensemble en vacances dans les prochaines semaines », annonce clairement Arnaud Murgia. « Mais ce qui compte aujourd’hui, c’est que nous nous sommes parlés et que nous nous sommes compris. Nous avons des profils identiques. Deux jeunes qui aiment la politique et le Briançonnais. Nous ne nous sommes pas mis d’accord à un moment donné mais on se ressemble à bien des égards et nous ne pouvons que nous entendre. »

Entente circonstanciée ? Les deux hommes sont aujourd’hui candidats pour les départementales et ne sont pas en concurrence puisque l’un – Arnaud Murgia et son binôme Marine Michel – brigue le canton de Briançon 1 (La Grave / Villar d’Arène, vallée de la Guisane et une partie de Briançon) tandis que le deuxième – Romain Gryzka et sa partenaire Catherine Valdenaire) a des vues sur le canton de Briançon 2, détenu par le maire PS de Briançon Gérard Fromm.

Les quatre candidats aux départementales ainsi que Chantal Eyméoud, conseillère régionale, étaient donc autour d’une table ce mardi autour de Christian Estrosi venu leur apporter tout son soutien dans cette campagne. Un Christian Estrosi dont on sait qu’il est très attaché au Briançonnais et à la montagne, pratiquant l’alpinisme. Et qu’il a été un ami de longue date de l’ancien maire de Briançon Alain Bayrou, avec qui il a notamment travaillé à la Région. C’était sous la présidence d’un certain Jean-Claude Gaudin dans les années 90.

Un Christian Estrosi qui s’étonne de la spécificité de ce département des Hautes-Alpes « où un bon nombre de communes sont de gauche mais où nous sommes parvenus à garder la présidence du conseil général et il faut que ça continue. »

« Nous avons cessé d’être la droite la plus bête du monde »

Sur les histoires passées entre les deux candidats, l’ancien ministre souligne cette « fougue de la jeunesse, qui est importante. Comment s’affirmer sans une telle fougue ? » Avant d’ajouter : « Comment leur reprocher de se sentir Briançonnais et d’avoir envie de se donner à fond pour le Briançonnais ? » Aujourd’hui, pour l’ancien ministre, les deux sont gagnés par « l’intelligence de la politique ».

« Nous avons cessé d’être la droite la plus bête du monde. » Applaudissements au sein de l’assemblée qui assiste à ce café-politique. Les propos sont ceux d’Arnaud Murgia. Il a l’investiture de l’UMP-UDI dans le canton de Briançon 1. Xavier Cret, ancien maire de Villar d’Arène, celle de la « majorité départementale ». Et c’est sans compter sur Alain Fardella, candidat sortant dans la vallée de la Guisane.

Pour autant, applaudissements. La droite briançonnaise avait sûrement besoin de cette réconciliation.

« Avant les régionales, il y a les départementales, que nous devons gagner »

Après les départementales le mois prochain, il y aura les régionales en toute fin d’année. Christian Estrosi pourrait bien être le chef de file d’une liste UMP opposée au PS sortant. Pour autant, le potentiel candidat temporise. « Chaque chose en son temps », tempère-t-il. « Avant les régionales, il y a les départementales, que nous devons gagner. Une fois que ce sera fait, nous irons à fond sur les régionales. »

Que faire, dès lors, de son discours sur la situation de la Région et de son retour sur le travail fait à l’époque où Alain Bayrou était vice-président de l’instance régionale et Jean-Claude Gaudin son président ? Que faire de son discours sur le bilan de sa propre action lorsqu’il était ministre de l’Aménagement du territoire ? Que faire de sa question et son invitation à défendre ce projet qui n’a toujours pas vu le jour – la liaison ferroviaire avec l’Italie via le tunnel sous le Montgenèvre ?

Les enjeux sont importants. Arnaud Murgia est confronté à son propre camp avec la candidature de Xavier Cret sur le canton de Briançon 1. Romain Gryzka bénéficie d’une division de la gauche sur Briançon 2 avec la candidature d’Eric Peythieu, adjoint au maire de Briançon, candidat en face… de celui-ci. Les forces de droite sont mobilisées. Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, doit être à Briançon vendredi. Mais attention, un membre du Gouvernement – le secrétaire d’Etat en charge des Sports – sera lui aussi dans le Briançonnais le même jour. Il s’agit du PRG Thierry Braillard. La gauche ne s’est pas endormie.

Olivier BUTEUX


+ Sur le même sujet...