Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Vitrines (6)

Commerce : Eric Bousquet va devenir le président des « Vitrines de Gap »


Anne Kirsch, présidente des « Vitrines de Gap », a cédé sa fonction, ce mardi soir, lors de l’assemblée générale de l’association, qui réunit près de 140 commerçants du centre-ville. Elle y était engagée depuis sa création, en 1996. Même s’il n’a pas encore été formellement élu par le conseil d’administration, c’est Eric Bousquet (au centre sur notre photo), qui a repris la boulangerie de la place aux Herbes et qui exploite plusieurs commerces de bouche rue du Mazel et place Alsace-Lorraine, qui lui succédera.

Anne Kirsch (2e en partant de la gauche, au premier rang) quitte le conseil d'administration des "Vitrines de Gap" au bout de 19 ans.
Anne Kirsch (2e en partant de la gauche, au premier rang) quitte le conseil d’administration des « Vitrines de Gap » au bout de 19 ans.

Les « Vitrines de Gap » organisent plusieurs animations commerciales d’envergure (les Nocturnes en été depuis 1996, les Folles journées en avril puis en octobre, la grande braderie en août) et ont aussi mis en place les chèques K’do depuis 2008. En 2014, ces chèques ont représenté 126.000€ d’achats pour le commerce du centre-ville. Ces chèques sont vendus pour l’essentiel (89%) à des professionnels (entreprises, comités d’entreprise, associations), et aux particuliers (11%).

Le maire de Gap, Roger Didier, a profité de cette assemblée générale pour revenir sur la révision des bases locatives commerciales, « qui vont avoir un impact sur la CFE (cotisation foncière des entreprises) et les impôts fonciers. Je me suis battu car cela allait générer un poids supplémentaire pour le commerce de proximité alors qu’il y avait un allègement de l’ordre de 350.000€ pour la grande distribution. Nous nous orientons vers quelque chose de plus acceptable. Une nouvelle réunion est prévue avec l’administration le 12 mars et nous continuerons à nous battre si nous n’obtenons pas un accord. »

Carré de l’Imprimerie : la mairie « à la recherche d’un promoteur pour porter le projet »

S’agissant du centre-ville, M. Didier a dit son « intention de porter l’essentiel de notre action sur ce secteur après avoir beaucoup œuvré pour les autres quartiers de la ville. Nous allons travailler cette année sur l’achèvement de la rénovation de la rue Jean-Eymar et de la place Gavotte. Le projet du Carré de l’Imprimerie est en cours. Avec cette opération, nous allons recréer du stationnement (avec un niveau entier de stationnement public), créer du commerce, de l’activité médicale et paramédicale, préserver les deux cinémas et créer une centaine de logements. Ce n’est pas une mince affaire. On en est pas encore aux travaux. Ce que j’espère, c’est une mise en route des travaux avant la fin du mandat (2020, NDLR). » Le maire a rappelé qu’il s’agissait d’un programme de 23 à 24 M€, et que l’établissement public foncier régional (EPFR) maîtrise « environ 60% des biens. Pour le moment, il s’agit d’acquisitions à l’amiable avant de recourir à l’expropriation s’il y a des réticences. » Il reste aussi à trouver « un promoteur pour porter le projet à la fois sur les murs commerciaux et sur les logements, en lien avec l’OPH 05 (pour les logements sociaux, NDLR) ».


+ Sur le même sujet...