Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Roger Didier, Michel Roy et Christian Prudhomme.Roger Didier, Michel Roy et Christian Prudhomme.

Tour de France : une convention signée avec Christian Prudhomme et beaucoup d’émotion

27 Fév 2015 - 16:05

Une pointe de tristesse a teinté la signature de la convention entre Gap, le conseil général et le Tour de France qui doit revenir cet été pendant quatre jours dans les Hautes-Alpes. « J’ai toujours eu beaucoup de joie à venir ici mais aujourd’hui je viens avec un peu moins le sourire que d’ordinaire. C’est la première fois que je franchis le seuil du conseil général sans Jean-Yves Dusserre pour lequel j’avais beaucoup d’estime », a confié le directeur de la course Christian Prudhomme.

Le président du conseil général, Michel Roy, a rappelé combien son prédécesseur décédé il y a deux mois jour pour jour était fier d’accueillir le Tour quatre jours, lui qui avait eu le privilège en 2011 de vivre l’arrivée au sommet du col du Galibier, au plus près des coureurs, aux côtés de Christian Prudhomme et de son idole Eddy Merckx. Car le col du Galibier fera cette année encore partie du parcours.

Le département le plus visité par le Tour

Le Tour de France et les Hautes-Alpes, c’est une longue histoire d’amour. Depuis 1922, les Hautes-Alpes ont accueilli l’épreuve à 76 reprises, ce qui en fait le département le plus visité par la course ! Rien qu’en sept éditions, entre 2008 et 2014, la Grande boucle est passée cinq fois ici. « Nous ne sommes jamais blasés d’accueillir le Tour de France qui est la troisième épreuve sportive après les Jeux Olympiques et la coupe du monde de football », juge le maire de Gap Roger Didier. L’élu se réjouit du passage des cyclistes la dernière semaine de course « qui capitalise tous les regards ». M. Didier aurait bien aimé aussi que « la ville la plus sportive de France 2013 » capte l’attention du ministre des Sports en visite ce vendredi dans le département. « Il passe à 10 km de Gap et n’accepte même pas de faire un coucou au maire et à la ville la plus sportive », a regretté le maire de Gap, jadis membre du PRG (formation à laquelle appartient Thierry Braillard) et aujourd’hui soutenu par l’UMP.

Orcières a raison d’espérer

Christian Prudhomme, bien loin de ces considérations politiques, a redit son plaisir de revenir régulièrement dans ce département « d’une telle beauté, aux cols les plus merveilleux et aux routes les plus hautes de France ». « Ici, on a toujours rencontré un savoir-faire, une simplicité et un accueil chaleureux, à l’image de Jean-Yves. Il est rarissime que l’on reste quelque part pendant quatre jours, ce qui prouve notre confiance. » Confiance scellée désormais par une convention qui engage le Département à hauteur de 141.000€ (la même somme de la part de Gap) et à déployer d’importants moyens logistiques. Mais les élus estiment que le jeu en vaut la chandelle. « S’il est difficile de quantifier les retombées directes de l’épreuve sur l’économie du département, la hausse sensible de la fréquentation touristique en juillet lors du passage des précédentes éditions conduit à penser que le Tour de France est un atout majeur pour le territoire et l’économie locale », indique le Conseil général.

L’arrivée du Tour à Risoul en 2014 a ouvert le champ des possibilités pour des stations qui pensaient leur cause perdue. Orcières a bien raison de continuer d’espérer. » On a beaucoup de candidatures, répond Christian Prudhomme. Celle d’Orcières fait partie des hypothèses qu’on ne mettra pas tout au fond de la pile. »

Le parcours 2015
Lundi 20 juillet : étape Bourg-de-Péage – Gap par les cols de Cabre et de Manse
Mardi 21 juillet : repos à Gap
Mercredi 22 juillet : Digne – Pra-Loup via le col d’Allos
Jeudi 23 juillet : Gap – Saint-Jean-de-Maurienne par le col Bayard et la route Napoléon qui fête son bicentenaire cette année
Vendredi 25 juillet : Modane – L’Alpe d’Huez par le col du Galibier


+ Sur le même sujet...