Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
C Hubaud G Mostachi (3)

Gap : Christian Hubaud et Ginette Mostachi misent sur leur proximité avec la municipalité

Face à Christian Graglia, chef de file de l’opposition départementale et conseiller général sortant (PS) de Gap Sud-Ouest, et à Danielle Lange-Mallet, jusqu’ici présidente de l’association de quartier de Fontreyne, Christian Hubaud et Ginette Mostachi, candidats des majorités départementale et municipale, soutenus par l’UMP et l’UDI, dans le canton de Gap 3 (Saint-Jean, Fontreyne, Sainte-Marguerite) sont conscients que la partie ne sera pas facile. Ils se livrent donc à un porte-à-porte actif. « On essaie de voir le plus de gens possible », souligne M. Hubaud. « Ce qui les intéresse, c’est leur quotidien. Et, de toute façon, le conseil départemental (ex-conseil général), c’est la proximité. »

Autre atout, selon eux, leur proximité avec Roger Didier et sa municipalité (Ginette Mostachi et Stéphane Reynaud, suppléant, sont conseillers municipaux de Gap, et Christian Hubaud est premier vice-président de la communauté d’agglomération). « Les attentes des habitants du canton sont très liées à la Ville de Gap et à l’agglomération », observe Christian Hubaud. « Le carrefour de Saint-Jean, qui va être étudié, la liaison routière entre Patac et Sainte-Marguerite, qui fait partie de nos engagements avec la mairie de Gap, les pistes cyclables, les lignes de bus, le point noir du rond-point des Marronniers… On voit l’intérêt d’être très proche de la municipalité et de l’agglomération, dont je suis le premier vice-président et où je suis parfaitement en phase avec Roger Didier. » M. Hubaud ne manque pas de tacler Christian Graglia au passage : « Il a toujours voté contre les budgets du Département depuis six ans. Son bilan, c’est donc feuille blanche, contrairement à ce qu’il prétend. Il ne peut pas se prévaloir d’un seul mètre de goudron. »

Christian Hubaud préconise également « la rigueur budgétaire » pour arriver à « faire plus avec moins, afin de ne pas augmenter les impôts », mais aussi de continuer d’investir « pour le BTP ». Ginette Mostachi dénonce d’ailleurs les coupes budgétaires décidées par l’Etat vis-à-vis des collectivités locales : « Réduire les dotations sur le social, ce n’est pas normal. Plutôt qu’agir ainsi, l’Etat pourrait éviter certaines de ses propres dépenses, quand on voit certains gaspillages. » Son autre cheval de bataille, c’est le RSA (revenu de solidarité active) : « Il ne faut pas être dans l’assistanat. Il faut vraiment redonner de la dignité aux personnes en difficulté, et arriver à les faire revenir à l’emploi. »

Quant au fait qu’il soit candidat à Gap alors qu’il est maire de Pelleautier, Christian Hubaud assure ne pas « être un Ovni qui se pose ici. Il y a 50 ans que je suis Gapençais ou très proche. Mes compétences, je les exerce à la communauté d’agglomération. Avec Ginette Mostachi, Stéphane Roux et Corinne Remonnay, nous sommes tous du bassin gapençais ou Gapençais d’adoption. On est ici, on travaille ici, on est visible de partout, on n’est pas dans les cabinets parisiens », ironise-t-il au sujet du suppléant de Christian Graglia, Christophe Pierrel, chef adjoint du cabinet de François Hollande.

(Notre photo : Christian Hubaud et Ginette Mostachi, entourés de leurs suppléants, Corinne Remonnay et Stéphane Roux)


+ Sur le même sujet...