Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Gauche visée par un tract

Gap : la gauche attaquée dans des tracts anonymes dénonce « des méthodes lâches »

14 Mar 2015 - 15:32

[sam_ad id= »5″ codes= »true »]

Des tracts à charge sont placardés ça et là sur des panneaux, des poubelles, des HLM de Gap. Ils visent des candidats de gauche aux élections départementales dont Claude Feutrier, candidat à Gap 2 (Nord-Est), Guy Blanc, qui se présente dans le canton de Gap 1 (centre), puis deux femmes, Danielle Lange-Mallet, candidate à Gap 3 (Sud), et sa suppléante Marie-Jo Allemand.

L’auteur de ces attaques s’est bien gardé de les signer. On saura simplement qu’il maîtrise mal l’orthographe mais qu’il est très au fait de la situation politique locale. Ainsi reproche-t-il à Guy Blanc de se présenter sous l’étiquette socialiste, à Danielle Lange-Mallet de « rester muette comme une carpe à chaque réunion », et à Marie-Jo Allemand d’avoir des préoccupations ailleurs « dans son exploitation ». Christophe Pierrel, suppléant de Christian Graglia dans le canton de Gap 3, défend ses co-candidates vilipendées : « Danielle parle et ce qu’elle dit est intelligent. Quant à Marie-Jo, elle a toute sa place dans son élevage et en politique. »

La députée PS Karine Berger, également candidate sur le canton de Gap 2, s’est émue de voir ces tracts affichés sur les panneaux des écoles, jugeant que les personnes qui en sont à l’origine ne sont « pas républicaines ».

Le chef adjoint du cabinet du président de la République tance des « méthodes lâches » et appelle « au calme, à la raison, au respect du débat démocratique ». « Je ne sais pas si c’est parce que les candidatures d’extrême droite se multiplient, si certains perdent leur sang-froid ou si la droite a des craintes de voir des places lui échapper. En tout cas, la méthode montre la fébrilité des autres candidats », estime-t-il avant de citer les procédés plus choquants encore qui ont touché les députés Christophe Castaner, dont la maison a été taguée cette semaine à Forcalquier, et Pascal Terrasse, brutalisé avant un meeting. « Certes, le tract est moins agressif, mais c’est désagréable. »


+ Sur le même sujet...