Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Dominique Meyer Martine Marlois

Départementales : Dominique Meyer (Gap 1) assure ne pas être animé par l’esprit de revanche

17 Mar 2015 - 17:16

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Le canton de Gap 1 (centre) avait fait couler beaucoup d’encre il y a quelques semaines de cela, au moment des investitures en vue des élections départementales… Finalement, Dominique Meyer (investi par l’UDI) et Martine Marlois auront obtenu le soutien de l’UMP au détriment de Francis Zampa, adjoint au maire de Gap Roger Didier, qui se présente avec Brigitte Gaudin… Sans le soutien du parti, mais avec celui des majorités municipale et départementale.

Dominique Meyer, 66 ans, ancien commerçant et dirigeant de l’association Handirect 05, connaît bien la fonction d’élu, lui qui s’est investi dès 1989 aux côtés de l’ancien maire de Gap Pierre-Bernard Reymond. Il a ensuite intégré l’équipe municipale de Roger Didier qui a mis un terme à son investissement au sein de la Ville lors des dernières élections municipales, en 2014. Au cours de ses divers mandats, il a eu la charge de la revitalisation du centre-ville, de l’occupation du domaine public, des déplacements et de la mobilité, et de la sécurité publique.

Il a pour suppléant le directeur du collège et lycée Saint-Joseph Didier Siran, 54 ans.

L’ingénieur agricole, désormais directrice du service agriculture et environnement à la Ville de Gap, Martine Marlois, 62 ans, se présente avec Dominique Meyer. En 1994, elle a créé l’association « Enfant en danger » qui intervient auprès des jeunes victimes de violence.

Sa suppléante, Isabelle Eyraud, 52 ans, est professeur des écoles en centre-ville.

« Le soutien d’Alain Juppé, de PBR, de Chantal Eyméoud et d’Henriette Martinez, ça nous suffit »

Les candidats estiment qu’ils ont un profil différent du conseil général actuel, « plutôt rural », et sont surtout motivés par la première mission du conseil général qui est l’aide sociale et la solidarité. « Ce sont des domaines que l’on connaît bien avec Martine, elle sur le côté enfance, et moi autour du handicap et du RSA », note Dominique Meyer.

Sur ce volet social, l’équipe mise sur le maintien à domicile des personnes âgées. « Au-delà du portage des repas, il faut travailler leur mobilité à travers des services de transport à la demande, l’accès à la culture et aux activités sportives. » Car les candidats partent du principe que tout le monde ne peut pas se payer une maison de retraite, et que cette solution est aussi moins coûteuse pour le Département. Quant au RSA, « qui compte 2.500 allocataires », il faut, pour Dominique Meyer, d’abord résoudre un problème d’organisation interne. « La première chose, c’est d’analyser la situation. Si la personne bénéficie du RSA car elle est touchée par le handicap, on peut l’orienter vers la MDPH (maison départementale des personnes handicapées) ; si la maladie est en cause, il faut l’accompagner vers le soin ; s’il s’agit d’un problème d’emploi, il faut travailler sur son retour sur le marché du travail en utilisant les outils existants ignorés. »

Au sujet du canton, l’équipe compte se concentrer sur la revitalisation du centre-ville, « première zone d’emploi du département », et reprendre l’aménagement du quartier de la gare.

Sur l’aspect sécuritaire, alors que certaines collectivités installent des caméras de surveillance, l’ancien élu envisage la création d’une « centrale de visualisation qui permettrait à des opérateurs d’alerter les forces de sécurité quand cela est nécessaire ».

Quant au volet environnemental, les candidats se positionnent sur un double objectif en incitant à la fois aux économies d’énergie et à la production d’énergies renouvelables.

Voilà pour leur programme et leur motivation. Mais la candidature de Dominique Meyer n’intervient-elle pas par esprit de revanche vis-à-vis du maire de Gap ? « Non, répond l’intéressé. Après 25 ans à la mairie, j’avais fait le tour de la question. Avant de savoir qu’il ne voulait pas me reconduire, je lui avais annoncé mon intention de me présenter aux élections départementales. J’ai simplement envie de travailler pour une nouvelle collectivité et apporter les compétences que j’ai acquises. » Dominique Meyer ajoute que le soutien d’Alain Juppé, de Pierre Bernard-Reymond, de Chantal Eyméoud et d’Henriette Martinez lui suffisent.


+ Sur le même sujet...