Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Crash Airbus

Crash de l’Airbus A320 : après la recherche de survivants, le temps de l’enquête (vidéo)

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Après les opérations de secours, qui mobilisent depuis la mi-journée plus de 600 sapeurs-pompiers, gendarmes et militaires à Seyne-les-Alpes, voici le temps de l’enquête sur les circonstances du crash de l’Airbus A320 de la compagnie low cost allemande Germanwings. 150 personnes (144 passagers et six membres d’équipage) ont trouvé la mort dans la plus grave catastrophe aérienne qu’ait connue la France depuis 1974.

L’avion, qui avait décollé à 10h01 de Barcelone à destination de Dusseldorf, a perdu plus de 9500 mètres d’altitude en huit minutes pour une raison encore inexpliquée. Il a disparu des écrans radar à 10h53. Il a alors percuté le relief d’un vallon, dans le massif des Trois Evêchés, et s’est disloqué sur un hectare. La vitesse de l’appareil est estimée à 700 km/h lorsqu’il a touché le sol. Depuis les airs, «on ne distinguait pas les débris tellement ils sont petits », indique un médecin urgentiste interrogé par L’e-media 05. « La plus grosse pièce doit mesurer 2 m². Ce sont les fumerolles qui nous ont permis de repérer les débris. Il ne reste plus rien. Je n’ai jamais rien vu d’aussi terrible. C’est une zone macabre. »

La thèse terroriste est pour l’heure exclue par les autorités et par le groupe Lufthansa, qui parle d’un « accident ». Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a passé plusieurs heures sur place, a révélé qu’une des deux boîtes noires de l’appareil avait été retrouvée et confiée au BEA (Bureau enquête accident).

Tout au long de la journée, Seyne-les-Alpes a connu un ballet incessant d’hélicoptères de la gendarmerie, de la Sécurité civile, de l’armée de l’air, ceux des ministres qui sont venus sur place (Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie et du Développement durable, et les ministres des Transports allemand et espagnol, Alexander Dobrindt et Ana Pastor) et de centaines de véhicules de secours venus des Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes pour l’essentiel, mais aussi de tout le Sud-Est de la France. Des avions C135 de l’armée de l’air ont également survolé la région en permanence pour faciliter les transmissions radio dans ce secteur escarpé.

Les familles de victimes attendues sur place ce mercredi, ainsi que Hollande, Merkel et Rajoy

Ce mercredi, les opérations de récupération des corps vont reprendre, tandis que les familles des victimes allemandes, espagnoles et turques notamment, vont arriver à Seyne-les-Alpes. Des infrastructures sont réquisitionnées à Digne-les-Bains et à Seyne-les-Alpes pour les accueillir. Le président de la République, François Hollande, se rendra également sur place, dans l’après-midi, avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy.

Mais ce seront également les vrais débuts de l’enquête. La section de recherches de la gendarmerie des transports aériens de Marseille va poursuivre ses constatations, épaulée par des médecins légistes et des experts de l’institut de recherches criminelles de la gendarmerie de Rosny-sous-Bois notamment. Une enquête pour homicides involontaires a été ouverte, ce mardi, par le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, compétent en matière d’accidents collectifs.

Rappelons que le survol de la zone a été interdit par la préfète des Alpes-de-Haute-Provence, et que les routes autour du secteur du crash sont fermées par les gendarmes.


Crash de l’Airbus A320 de Germanwings près de… par lemedia05


+ Sur le même sujet...