Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Le président de la République François Hollande.Le président de la République François Hollande.

Crash : Hollande, Merkel et Rajoy se recueillent à Seyne et saluent la mobilisation locale

Seyne-les-Alpes et ses 1500 habitants. Elle est bien loin l’image de ce village tranquille, blotti au pied de son château, qui s’est mû en quelques heures seulement en point central de coordination des opérations de secours puis d’enquête et d’accueil des personnalités et des familles de victimes. 150 personnes ont trouvé la mort à quelques kilomètres de là, à flanc de montagne, dans le crash de l’Airbus A320 de Germanwings, survenu mardi vers 11 h. Pour leur rendre hommage et se recueillir, le président de la République François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy ont passé trois heures à Seyne-les-Alpes et au Vernet, ce mercredi après-midi.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Un impressionnant déploiement de gendarmes entourent l’aire de vol à voile, où sont basés les hélicoptères de secours depuis mardi. Autour, fourmillent les journalistes internationaux qui travaillent comme ils peuvent et des camions aux antennes paraboliques entassés sur le parking de l’Intermarché tout proche.

A 14h30, un premier hélicoptère de l’armée de terre se pose, puis un second de l’armée de l’air. Le périmètre est quadrillé par des gendarmes qui veillent à ce que personne ne franchisse les barrières de sécurité derrière lesquelles s’entassent cameramen et photographes. Les trois chefs d’Etat et de gouvernement sortent des appareils. Les présidents de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie et de la Généralité de Catalogne sont à leurs côtés, ainsi que les parlementaires des Alpes-de-Haute-Provence, le préfet de région Michel Cadot et la préfète des Alpes-de-Haute-Provence.

Le cortège salue les militaires, gendarmes, sapeurs-pompiers et autres secouristes avant de s’en aller à bord d’un van Volkswagen direction Le Vernet, la commune où s’est déroulé le drame, pour se recueillir. Revenus à Seyne, à la chapelle ardente, interdite d’accès aux journalistes, ils rencontrent là-bas la cellule psychologique et les traducteurs bénévoles (professeurs de collèges) prêts à accueillir les proches des victimes.

Angela Merkel : « Ca fait du bien de sentir cette amitié dans cette terrible douleur »

Pendant ce temps, un hangar technique s’emplit de journalistes qui perdent patience, stimulés par la fraîcheur ambiante et les courants d’air, après deux heures d’attente. 16h45, le cortège arrive, enfin ! Merkel, Hollande et Rajoy prennent place derrière leur pupitre, l’air grave. La chancelière, les traits tirés, semble particulièrement meurtrie par la tragédie. Mais quand son regard croise le vôtre, il vous fige sur place.

Lors de cette conférence de presse, tous trois ont salué le travail des services de l’Etat, des départements, des communes, des gendarmes, pompiers, fonctionnaires, bénévoles, militaires et élus locaux, cet élan de solidarité et de fraternité qui s’est mis en place. « Ca fait du bien de sentir cette amitié dans cette terrible douleur », dira Angela Merkel. « Hélas, il n’y a pas eu la possibilité de sauver ces personnes, a regretté François Hollande. Ces opérations ont permis de sécuriser le lieu, d’intervenir dans un endroit difficile d’accès afin que tout soit fait pour conserver les corps et les pièces d’avion qui serviront à l’enquête. Tout sera mis en œuvre pour retrouver, identifier et remettre les corps aux familles. La France apporte un soin particulier pour que les familles soient accueillies et soutenues. » Le président de la République révélera qu’une famille s’est déjà présentée à la chapelle ardente. « Toute la lumière sera faite sur les circonstances de la catastrophe », a-t-il continué avant d’annoncer que l’enveloppe de la seconde boîte noire avait été retrouvée, mais pas la boîte noire. « Vous avez devant vous trois personnes qui vont travailler ensemble, en tant qu’Européens et êtres humains, pour mener les enquêtes », a insisté Mariano Rajoy.

Il n’y avait pas de place pour les questions. Les trois chefs d’Etat et de gouvernement se sont aussitôt engouffrés dans les véhicules du convoi pour rejoindre les hélicoptères à destination de l’aéroport de Marignane.


Déclaration commune avec Angela Merkel et… par elysee


+ Sur le même sujet...