Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
LP Embrun ébénisterie

CAP Ebénisterie à Embrun : polémique sur le vote unanime de la Région pour sa suppression

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

La suppression du CAP Ebénisterie du lycée professionnel Alpes et Durance d’Embrun s’est invitée à l’Assemblée nationale, ce jeudi. Le député Joël Giraud a en effet plaidé en faveur d’un moratoire. Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de la réforme de l’État et de la simplification, a cité quelques chiffres justifiant cette fermeture. Mais il a surtout souligné que le choix du rectorat avait été confirmé « à l’unanimité, le 20 février dernier, en assemblée plénière » du conseil régional.

Joël Giraud s’avoue « plutôt sonné par cette nouvelle ». Mais, selon lui, « l’argument est véridique : le 20 février, tous les groupes politiques, Europe Ecologie-Les Verts, le groupe socialiste, le Front de gauche et le groupe Notre Région (UMP/UDI) dont est membre le maire d’Embrun qui a bien pris part au vote, ont voté en faveur de la fermeture de ce CAP » (entre autres fermetures et créations figurant dans la délibération). Il ne cite pas sa suppléante Claire Bouchet (PRG), qui, si le vote a bien été unanime, y a donc pris part aussi.

Chantal Eyméoud, maire d’Embrun et conseillère régionale, assure cependant, dans un communiqué, qu’elle a « voté contre la délibération proposée par la majorité socialiste du président Vauzelle le 20 février dernier, qui donnait un avis favorable à la fermeture de la classe ébénisterie du lycée professionnel Alpes et Durance à Embrun ». Elle renouvelle « sa volonté de surseoir à cette décision de manière à laisser le temps à une nouvelle période de négociation avec l’Education nationale et la Région ».

Joël Giraud : « Le combat pour le maintien
du CAP ébénisterie s’arrête brutalement »

Selon le gouvernement, « cette formation, disposant d’une capacité de quinze élèves, n’a accueilli en 2013 que huit élèves en première année et dix en deuxième année et en 2014, onze élèves en première année et six en deuxième année. Parallèlement, seuls seize élèves ont été admis lors des deux dernières sessions d’examens. Ces éléments ont donc conduit les services académiques à faire le choix de sa fermeture. » Choix validé, parmi de nombreux autres, par la Région. M. Mandon a également rappelé que le recteur d’Aix-Marseille avait « décidé qu’une formation au BTS « système constructif bois et habitat » serait désormais dispensée dans cet établissement ».

Pour Joël Giraud, « le combat pour le maintien du CAP ébénisterie s’arrête donc brutalement. Je reviendrai à la charge pour que l’année prochaine, la formation à l’ébénisterie revienne sous la forme d’un CAP ou une autre dans le département des Hautes-Alpes afin que ses élèves n’aient pas à faire 300 km vers un lycée marseillais dépourvu d’internat.»


+ Sur le même sujet...