Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Tenors politiques

Arnaud, Bérenguel, Graglia, Berger : la chute des ténors à droite comme à gauche

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Ces élections départementales devaient être celles d’un profond renouvellement du Conseil départemental, ne serait-ce que du fait de l’introduction de la parité hommes-femmes. Mais les électeurs sont allés au-delà de la réforme. Sur les 30 conseillers départementaux, il ne reste plus que huit sortants, dont six au sein de la majorité (Jean-Marie Bernard, Marcel Cannat, Gérard Tenoux, Roger Didier, Patrick Ricou et Béatrice Allosia, qui a succédé à Jean-Yves Dusserre en janvier dernier seulement). Première des conséquences : plus de la moitié des vice-présidents qui seront élus ce jeudi matin n’auront jamais siégé auparavant au sein de l’assemblée départementale…

LIRE EGALEMENT
>> La droite renforce sa majorité au Conseil départemental

Les ténors n’ont pas été à la fête lors de ce scrutin. A droite, la principale surprise est venue de Tallard. La défaite de Jean-Michel Arnaud, premier vice-président sortant du Conseil général, est lourde de sens à la fois pour le « troisième tour », à savoir l’élection du futur président, dont il est ainsi éliminé, mais aussi pour son propre avenir politique. Après son échec aux sénatoriales de septembre dernier face à Jean-Yves Dusserre, cette nouvelle défaite, encouragée par une partie de l’UMP, l’éloigne du premier cercle du pouvoir départemental. Pour l’heure, le maire de Tallard observe un silence radio, au point d’avoir fermé aussitôt son compte Facebook (qu’il a réactivé ce lundi matin)… On ignore donc quelles sont ses intentions : se positionner pour les régionales de décembre prochain, se préparer aux législatives de 2017? Il assure, ce lundi matin, dans un message posté sur Facebook, qu’il poursuivra sa « mission de maire de Tallard et de président de la communauté de communes de Tallard-Barcillonnette avec engagement et humanisme » et pourra « passer plus de temps » avec sa famille.

L’autre chute à droite est celle, plus prévisible, au regard des résultats du premier tour, de Victor Bérenguel. On prêtait aussi quelques velléités au maire de Savines-le-Lac et secrétaire départemental de l’UMP pour la présidence du Conseil départemental. A tout le moins, il entendait peser. Et par exemple conserver la tête de la nouvelle Agence départementale de développement économique et touristique (Addet), dont il venait de devenir le premier président délégué. Là encore, en dehors de la mairie de Savines-le-Lac et de la communauté de communes du Savinois – Serre-Ponçon, quel sera l’avenir politique de Victor Bérenguel?

A gauche, c’est le leader de l’opposition départementale, Christian Graglia, qui trébuche à Gap. Il redoutait à juste titre ce scrutin, dans un contexte peu favorable au Parti socialiste… Pour lui, cela risque d’avoir été la campagne de trop, puisque cette défaite est synonyme de sa retraite politique, puisqu’il n’exerce désormais plus aucun mandat. « Je vais arrêter de faire de la politique », confirme-t-il ce lundi matin. « On assiste à un passage d’une génération à une autre, et aussi à la victoire de deux qui n’avaient pas d’étiquette politique. »

La députée Karine Berger a pris le risque de fragiliser son implantation. Chantre du non-cumul des mandats, elle avait finalement mené campagne derrière Bernard Jaussaud aux municipales (au point même de regretter ensuite de ne pas l’avoir conduite elle-même) puis avait décidé de se présenter avec Claude Feutrier aux départementales avec l’objectif de briguer la présidence en cas de victoire de la gauche. Dans les deux cas, cet engagement s’est soldé par un échec.

Roger Didier et Gérard Fromm, seuls rescapés

Finalement, seuls les maires de Gap et de Briançon apparaissent comme les rescapés de cette chasse aux ténors. Roger Didier peut se targuer d’avoir réalisé le grand chelem en remportant les quatre cantons de Gap. Il compte d’ailleurs bien peser sur la désignation du futur président et de l’exécutif du Conseil départemental. Quant à Gérard Fromm, même si sa victoire s’est jouée à l’arraché (dix voix d’écart avec Romain Gryzka), elle fait de lui, à 70 ans, le nouveau leader naturel de l’opposition départementale.

La liste des 22 élus du second tour

  • Gap 1 (Centre) : Brigitte Gaudin (ancienne conseillère municipale ; 56 ans, gérante d’un tabac-presse) – Francis Zampa (adjoint au maire, chargé de l’emploi, de l’insertion, de la formation et de l’occupation du domaine public ; retraité des PTT)
    Suppléants : Chantal Rapin (conseillère municipale, déléguée à l’accessibilité, handicap et santé ; sage-femme) – Pierre Philip (conseiller municipal de Gap, délégué aux relations avec l’armée et les associations patriotiques ; 52 ans, cuisinier au centre hospitalier, officier de réserve)
  • Gap 2 (Nord-Est) : Dany Galland (adjoint au maire, chargé des sports ; retraité du secteur bancaire, ancien international de hockey sur glace) – Maryvonne Grenier (2e adjointe au maire, chargée du développement durable du territoire, de l’urbanisme et de la sécurité civile ; retraitée de l’enseignement)
    Suppléants Jean-Louis Brochier (conseiller municipal chargé de l’agriculture ; exploitant agricole) – Aïcha-Betty Degril (conseillère municipale ; administratrice de société)
  • Gap 3 (Sud) : Christian Hubaud (maire de Pelleautier, premier vice-président de la communauté d’agglomération du Gapençais) – Ginette Mostachi (conseillère municipale ; 56 ans, secrétaire comptable dans un cabinet d’avocat)
    Suppléants : Stéphane Roux (conseiller municipal, délégué à la dynamique jeunesse, à la prévention et aux établissements recevant du public ; 40 ans, directeur d’école, chef d’une chorale) – Corine Remonnay (commerçante)
  • Gap 4 (Charance) : Roger Didier (maire de Gap, conseiller général sortant de Gap Centre) – Bénédicte Ferotin (adjointe au maire ; 50 ans, directrice du Calhaura)
    Suppléants : Lionel Para (47 ans, carrier) – Christiane Bar (conseillère municipale ; retraitée de l’enseignement)
  • Chorges : Joël Bonnaffoux (conseiller général sortant PS de La Bâtie-Neuve) – Valérie Rossi (maire PRG de Puy-Sanières, assistante parlementaire du député Joël Giraud)
    Suppléants : Bernard Allard-Latour (conseiller général sortant PRG de Chorges et maire de Remollon) – Nicole Tagand (infirmière et habitante de Chorges)
  • Laragne-Montéglin : Florent Armand (27 ans, ingénieur, adjoint au maire de Saint-Pierre-Avez) – Anne Truphème (45 ans, professeur de mathématiques et conseillère municipale d’opposition à Laragne-Montéglin)
    Suppléants : Vincent Berchaud (40 ans, cadre commercial, conseiller municipal d’opposition et président du comité des fêtes de Laragne-Montéglin) – Danielle Fay (67 ans, adjointe au maire du Poët et ancienne chef d’entreprise)
  • Tallard : Rémy Oddou (29 ans, maître de conférence en sciences économiques à la faculté de Paris-Ouest, maire de Lettret) – Patricia Vincent (chargé de mission Montagne à la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur)
    Suppléants : Marc Beynet (premier adjoint au maire de Rambaud) – Agnès Argence
  • L’Argentière-la-Bessée : Jean Conreaux (maire de Vallouise) – Marie-Noëlle Disdier (adjointe au maire de L’Argentière-la-Bessée, chargée des Affaires scolaires)
    Suppléants : Gilberto Aversa – Pierrette Deyme
  • Briançon 1 (Briançon – Cervières – Serre Chevalier) : Marine Michel (30 ans, chef d’entreprise) – Arnaud Murgia (inspecteur des Finances publiques, ancienne tête de liste UMP aux élections municipales de Briançon)
    Suppléants : Monique Ollagnier – Henri Raoux
  • Briançon 2 (Briançon – Clarée – Montgenèvre) : Gérard Fromm (70 ans, maire de Briançon, conseiller général sortant de Briançon Nord) – Aurélie Poyau (38 ans, géographe, 2e adjointe au maire de Briançon)
    Suppléants : Manu Romain (26 ans, ancien grimpeur de haut niveau, conseiller municipal)  – Claude Jimenez (60 ans, secrétaire, conseillère municipale)
  • Embrun : Carole Chauvet (première adjointe au maire de Crots) – Marc Viossat (3e adjoint au maire d’Embrun)
    Suppléants : Marie Céard – Julien Breniere


+ Sur le même sujet...