Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Chambre d'agriculture

Hautes-Alpes : l’accueil des futurs agriculteurs ravive la guerre des syndicats

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Le point accueil installation (PAI) des Hautes-Alpes, « porte d’entrée unique » pour les porteurs de projet souhaitant s’installer en agriculture, a été attribué à la Confédération paysanne, syndicat minoritaire de la profession, au grand dam des Jeunes agriculteurs, qui avaient eux-mêmes déposé une candidature. Alexandre Lagier, le coprésident des JA 05, a révélé, à l’occasion de la session de la Chambre d’agriculture qui se déroulait ce lundi, que son syndicat avait attaqué devant le tribunal administratif de Marseille l’arrêté du préfet de région labellisant le PAI des Hautes-Alpes. De son côté, Sylvain Martin, de la Confédération paysanne, a demandé des locaux à la chambre d’agriculture pour loger ce point d’accueil. Le président Pierre-Yves Motte souhaite que ce PAI soit implanté à la chambre d’agriculture, mais a demandé un délai pour tenir compte de la réorganisation actuelle des locaux. L’enjeu est aussi financier, puisque les PAI bénéficient de crédits de l’Etat, de la Région, de l’Europe et du Département.

La Draaf (Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt) avait lancé, le 28 octobre dernier, un appel à candidatures en vue de la labellisation des points accueil installation (PAI) pour chaque département, pour une durée de trois ans. Pour les Hautes Alpes, c’est la candidature collective portée par l’ADEAR (Association pour le développement de l’emploi agricole et rural, émanation de la Confédération paysanne), Agribio et la Confédération paysanne, qui a été retenue par l’Etat.

« On ne peut pas admettre qu’un dossier
comme celui-là soit labellisé »

« Cette décision marque un pas vers plus de pluralisme au sein du dispositif de soutien à l’installation agricole en Provence-Alpes-Côte d’Azur et constitue une reconnaissance du travail d’accompagnement réalisé par nos structures sur le terrain depuis plusieurs années, auprès d’un public toujours plus nombreux et plus diversifié », se félicite la Confédération paysanne. Une association a été constituée pour porter ce PAI, qui est « ouverte à la Chambre d’agriculture et au syndicat Jeunes agriculteurs ainsi qu’à tous les acteurs de l’installation des Hautes-Alpes », précise la Confédération paysanne.

« On ne peut pas admettre qu’un dossier comme celui-là soit labellisé et on ne comprend pas », lance Alexandre Lagier. L’avocat des Jeunes agriculteurs au niveau national a donc déposé ce recours « il y a une quinzaine de jours » contre l’arrêté du préfet de région, signé le 23 janvier dernier.

« Aujourd’hui, l’accueil est effectué, mais nous souhaiterions des locaux à la chambre d’agriculture », indique Sylvain Martin.

« Le bureau de la chambre d’agriculture avait apporté son soutien à la demande des Jeunes agriculteurs », détaille son président, Pierre-Yves Motte. « Ce n’est pas la proposition de la profession qui a été retenue. Depuis trois mois, il n’y a plus d’accueil physique, si ce n’est à la chambre d’agriculture. Il faut avancer en attendant l’issue de la procédure engagée par les JA. Aujourd’hui, la complexité de l’organisation des locaux ne nous permet pas d’apporter une réponse immédiate. Il aurait mieux valu anticiper ce dossier et nous y associer. Pour autant, il n’est pas question que les futurs jeunes agriculteurs aillent ailleurs. Laissez-nous le temps de répondre à votre demande. »

(Photo archives Google Street View)


+ Sur le même sujet...