Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Roger Didier et Jean-Marie Bernard.Roger Didier et Jean-Marie Bernard.

Conseil départemental : vers un duel entre Jean-Marie Bernard et Roger Didier

La majorité départementale, qui s’est pourtant étoffée dimanche dernier, est plus désunie que jamais au terme de ce deuxième jour de tractations. La longue réunion des 22 élus de droite s’est même soldée par des invectives dans les couloirs de l’hôtel du département et des claquements de porte, au point que le président encore en poste Michel Roy a dû intervenir pour ramener le calme. La majorité sera-t-elle prête à se rallier derrière un seul candidat à la présidence et à se répartir les vice-présidences d’ici à jeudi, jour de l’assemblée plénière d’installation ? Rien n’est moins sûr, même si la nuit porte conseil et peut calmer les esprits échauffés.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

En tout cas, comme il l’avait fait dès lundi, le maire du Dévoluy, Jean-Marie Bernard, a confirmé sa candidature à la présidence et le maire de Gap, Roger Didier, a officialisé la sienne, en mettant en avant sa volonté de conduire une politique de rigueur et le fait que les huit élus de Gap pèsent plus du tiers de la majorité.

Faute d’accord, Jean-Marie Bernard
et Roger Didier pourraient
être tous les deux candidats jeudi

Les deux hommes ne semblent pas vouloir faire de concession et mettre de l’eau dans leur vin. Le premier semble bénéficier du soutien de l’UMP et de plusieurs sortants, le second l’est par tous les conseillers élus à Gap, mais aussi par les proches de Jean-Michel Arnaud et ceux de Chantal Eyméoud. Roger Didier semble avoir un léger avantage (12 voix contre 10 à Jean-Marie Bernard). A moins que les nouveaux conseillers départementaux de Tallard, Rémy Oddou et Patricia Vincent, qui ont revendiqué leur indépendance malgré leur engagement passé à gauche, ne viennent troubler les calculs…

Le maire de Réotier Marcel Cannat a tenté de jouer les médiateurs… Mais les cinq heures de discussions se sont soldées par le claquement de porte de Jean-Marie Bernard, face à un Roger Didier qui n’a pas l’intention de reculer. Même si cela l’obligera à démissionner de la mairie de Gap, qui pourrait revenir à son premier adjoint, François Daroux, alors qu’il n’a jamais évoqué cette éventualité dans la campagne.

Un rendez-vous de la dernière chance est prévu ce mercredi matin entre Jean-Marie Bernard et Roger Didier, entourés de quelques médiateurs. « Je suis déterminé », indique Jean-Marie Bernard. « Si ça en reste là, on ira à l’élection jeudi. Même si je perds, je serai droit dans mes bottes. » Roger Didier, lui, reste silencieux. En cas d’égalité entre les deux hommes, c’est Jean-Marie Bernard qui l’emporterait au bénéfice de l’âge. Il resterait alors à régler la répartition des vice-présidences, qui, du fait de la situation, n’a toujours pas été évoquée dans les discussions… Mais autant dire que la gestion du Département ne serait pas aisée après une telle scission au sein de la majorité.

Rémy Oddou et Patricia Vincent (Tallard) demandent des engagements et… une vice-présidence

Rémy Oddou confirme ce mardi soir qu’il a été approché. « Pour l’heure, nous n’avons pas de préférence, mais nous sommes prêts à participer à une majorité », indique le maire de Lettret. « Nous allons voir ce qu’on nous propose, notamment en termes d’équité dans le territoire, car ça a pu pêcher par le passé, et pas seulement dans la dernière mandature. » Le binôme élu à Tallard revendique évidemment une vice-présidence.

M. Oddou reconnaît qu’il ne s’attendait pas forcément à ce renversement de situation, au point de faire de son binôme un « pivot » dans l’élection du futur président. Un comble alors que la droite n’a plus eu de majorité aussi confortable depuis de longues années.


+ Sur le même sujet...