Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Conseil départemental

Conseil départemental : Jean-Marie Bernard élu président avec les voix de gauche (vidéo)

Le nouveau conseil départemental des Hautes-Alpes se réunit ce jeudi matin pour désigner son exécutif. Vous pouvez suivre l’élection en direct sur L’e-media 05.

La prochaine session plénière aura lieu le mardi 21 avril à 9h30.

15h57 : le conseil départemental vote le régime indemnitaire de ses élus.

15h55 : la liste est élue par 22 voix, 6 bulletins nuls et 2 bulletins blancs.

15h42 : les 30 conseillers départementaux débutent le vote à bulletins secrets sur une liste bloquée.

15h38 : voici la liste de vice-présidents proposée par Jean-Marie Bernard

  • 1er : Patrick Ricou (Saint-Bonnet-en-Champsaur)
  • 2e : Maryvonne Grenier (Gap)
  • 3e : Marcel Cannat (Guillestre)
  • 4e : Marie-Noëlle Disdier (L’Argentière-la-Bessée)
  • 5e : Dany Galland (Gap)
  • 6e : Bénédicte Ferotin (Gap)
  • 7e : Marc Viossat (Embrun)
  • 8e : Gérard Tenoux (Serres)
  • 9e : Marine Michel (Briançon)

Trois vice-présidences reviennent à des élus gapençais, mais Roger Didier ne figure pas sur la liste (c’est sa colistière, Bénédicte Ferotin, qui est proposée à la 6e vice-présidence). Rémy Oddou et Patricia Vincent, qui ont accordé leur vote à Jean-Marie Bernard dès le premier tour, n’obtiennent pas de vice-présidence.

15h31 : Jean-Marie Bernard annonce une courte interruption de 5 minutes. MM. Bernard, Ricou et Cannat discutent ensemble de la répartition des vice-présidences.

15h28 : « M. Murgia se trompe mais ça l’arrange de faire un peu de cinéma », indique Gérard Fromm à la reprise de séance. « Je vous dis très clairement que votre parano n’est pas du tout la mienne. Je n’ai pas du tout à me soucier de vous, du moins pas pour l’instant. »

Jean Conreaux (L’Argentière-la- Bessée) prend à son tour la parole : « Etant militant de base de l’UMP, je suis un peu attristé par cette tenue, surtout de M. Murgia, qui a changé deux fois en 48 heures. Pour moi, une parole donnée est une parole donnée. Si on arrive à des excès, il en est un peu la cause. »

« Si j’ai pu changer de position, c’est que je n’accepte pas, moi, d’être élu par des voix de gauche », répond M. Murgia. Il annonce que le groupe Didier propose sa colistière, Marine Michel, en tant que vice-présidente, « puisque mon nom fait casus belli », en lieu et place de Françoise Pinet, « qui accepte de se sacrifier ».

15h19 : Jean-Marie Bernard présente une liste incomplète de quatre noms seulement. Patrick Ricou en premier vice-président, Maryvonne Grenier en deuxième, Marcel Cannat en troisième et Marie-Noëlle Disdier en quatrième. « Y a-t-il une autre liste? » demande-t-il.

C’est Arnaud Murgia (UMP, Briançon 1) qui prend la parole. « Vous nous proposez cette liste après avoir entamé des négociations avec l’ensemble de la majorité. Je veux révéler ici ce qui se passe. Vous avez proposé de réserver six vice-présidences aux 14 membres de la majorité qui ne vous ont pas soutenu. Mais vous faites un blocage sur un nom, le mien. » Et M. Murgia d’y voir la main de Gérard Fromm, contre lequel il s’était présenté aux municipales de 2014 : « Vous avez accordé vos voix en échange d’une exécution politique! Nous refusons d’entrer dans ce système. Vous commencez bien petitement votre mandat. Vous ne respectez pas la première station du département, vous ne respectez pas Briançon. » A la demande d’Arnaud Murgia, la séance a été de nouveau suspendue 5 minutes.

Pour rappel, Arnaud Murgia avait bénéficié du soutien de Jean-Marie Bernard, venu à Serre Chevalier le soutenir entre les deux tours. Il avait dans un premier temps envisagé de voter en faveur de M. Bernard, avant d’opter pour Roger Didier, encouragé en cela par des ténors de l’UMP.

15h15 : la séance d’installation redémarre en vue d’élire les neuf vice-présidents du Conseil départemental.

13h32 : la séance est suspendue pour le déjeuner jusqu’à 14h45.

13h29 : la séance reprend. Le secrétaire de séance, Florent Armand, fait de nouveau l’appel des conseillers départementaux. Ces derniers ont simplement validé la commission permanente, au sein de laquelle siégera la totalité des élus.

13h26 : la séance va reprendre, les élus de la majorité regagnent leur siège.

12h50 : la séance n’a toujours pas repris. Il y a des mouvements dans les étages. Certains élus ont demandé une nouvelle pause… pour déjeuner. Mais le président a refusé.

11h01 : Jean-Marie Bernard rejoint son siège de président. La gauche ne s’est pas abstenue et a voté en faveur de Jean-Marie Bernard.


Jean-Marie Bernard élu président du Conseil… par lemedia05

« Je remercie les conseillers départementaux qui ont voté pour moi, il y a des hommes et des femmes de droite et de gauche », a déclaré M. Bernard. « Il nous appartient de désigner l’exécutif pour les six ans à venir. Cela doit se faire dans l’intérêt général. Je vais proposer  la majorité de participer dans son entier à la désignation de l’exécutif. » La séance a été suspendue pendant une heure, ainsi que le prévoit la loi.

Le conseil départemental votera ensuite pour élire ses neuf vice-présidents par un scrutin de liste respectant la parité hommes-femmes.

Jean-Marie Bernard s’est refusé à toute déclaration à la presse, avant de se réunir avec la majorité. Roger Didier s’est rapidement éclipsé. Ses proches ont accusé le coup pendant quelques minutes, avant de quitter l’hémicycle.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

 

Cette élection n’est pas sans rappeler le 1er avril 2004, lorsque Jean-Michel Arnaud, Christian Séard et Rémi Costorier ont voté avec la gauche pour renverser Alain Bayrou.

« On a choisi la ruralité face à la métropole », déclare Gérard Fromm, maire (PS) de Briançon, pour expliquer le vote des six élus de gauche en faveur de Jean-Marie Bernard, « maire rural, qui sait ce qu’est la ruralité, respecté dans son canton ». Gérard Fromm assure n’avoir demandé aucune vice-présidence en contrepartie des votes de l’opposition. « On garde notre autonomie », continue-t-il. « On demande d’être respectés comme nous l’avons été précédemment, avec un bureau, une secrétaire pour pouvoir travailler, et une présence honnête dans les commissions. » Le conseiller général d’opposition attend de la part du tout nouveau président du conseil départemental « l’équité des territoires ».

Résultats du 2ème tour
  • Roger Didier : 14 voix
  • Jean-Marie Bernard : 16 voix

10h57 : les 30 conseillers départementaux ont voté. Le dépouillement des votes du deuxième tour va débuter.

10h47 : la séance reprend. Marcel Cannat présente la candidature de Jean-Marie Bernard. Maryvonne Grenier maintient celle de Roger Didier, « dans un souci de volonté de rassembler les 22 élus de la majorité ». La gauche ne présente pas de candidat.

10h39 : la reprise de la séance n’est toujours pas annoncée. Seul Joël Bonnaffoux (PS) a rejoint son siège dans l’hémicycle.

9h56 : à la demande de Jean-Marie Bernard, la séance est suspendue pendant 30 minutes.

Première conclusion de ce premier tour, Rémy Oddou et Patricia Vincent, élus sans étiquette mais de sensibilité de gauche, ont voté avec la majorité, vraisemblablement pour Jean-Marie Bernard.

Comme nous l’annoncions ce mercredi, Roger Didier est en tête. Il lui manque deux voix pour obtenir la majorité. Tous les conseillers départementaux ont quitté l’hémicycle pour déterminer leur attitude au deuxième tour. On saura vers 10h25 si les trois candidats du premier tour se maintiennent au deuxième. Au deuxième tour, il faut qu’un candidat obtienne la majorité pour être élu. Si un troisième tour a lieu, c’est alors le candidat arrivé en tête qui devient président.

Résultats du 1er tour
  • Roger Didier : 14 voix
  • Jean-Marie Bernard : 10 voix
  • Anne Truphème : 6 voix

9h52 : les 30 conseillers départementaux ont désormais déposé leur bulletin dans l’urne. Le dépouillement va débuter pour le premier tour.

La séance se déroule en présence de plusieurs anciens conseillers généraux (Bernard Allard-Latour, Rémi Costorier, Pierre Denis, Monique Estachy, Claude Feutrier, Jean-Yves Lombard, Raymond Marigne, Louis Massot et Albert Moullet), et de la sénatrice, Patricia Morhet-Richaud, et d’un nombreux public. La séance est d’ailleurs retransmise sur écran géant dans le hall de l’hôtel du département.

9h37 : Patrick Ricou (Orcières) présente la candidature de Jean-Marie Bernard, maire du Dévoluy, « ce qui ne surprendra personne, puisqu’elle est annoncé depuis de longues semaines, y compris pendant la campagne électorale ». Maryvonne Grenier (Gap) présente la candidature de Roger Didier, maire de Gap. Aurélie Poyau présente la candidature d’une femme, Anne Truphème (Laragne-Montéglin).

9h35 : « Je nous souhaite de travailler ensemble à la tâche qui nous attend », indique Gérard Fromm, qui préside provisoirement l’assemblée départementale en tant que doyen d’âge. Florent Armand (Laragne-Montéglin), benjamin du Conseil départemental, procède à l’appel des conseillers départementaux.

9h31 : « C’est la dernière fois que je sonne la cloche », indique Michel Roy, pour ses derniers instants de président. « C’était une expérience intéressante mais aussi usante », a-t-il déclaré.

9h27. Gérard Fromm (PS), doyen d’âge, est accueilli dans la salle par Michel Roy, président sortant. La séance va débuter.


+ Sur le même sujet...