Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Des travaux de rénovation de la voie ferrée vont être réalisés entre Mont-Dauphin et Briançon (Photo d'archives).Des travaux de rénovation de la voie ferrée vont être réalisés entre Mont-Dauphin et Briançon (Photo d'archives).

Hautes-Alpes : faut-il s’inquiéter de l’audit sur la sécurité des voies ferrées de la région?

Le « niveau de sécurité opérationnel » du réseau ferroviaire de Provence-Alpes-Côte d’Azur est « éloigné de l’objectif » selon un audit interne de la SNCF, réalisé en janvier-février 2014, qui a été révélé ce mardi par le site d’information Mediapart. Selon les conclusions de cet audit de l’Infrapôle Paca, sept domaines sont « partiellement affectés », et six autres sont classés « fragiles », dont cinq « très fragiles ». Cet audit a été engagé après la catastrophe de Brétigny-sur-Orge, dans laquelle sept personnes avaient trouvé la mort et 61 avaient été blessées, en juillet 2013. Des défauts sur une éclisse étaient à l’origine de ce déraillement.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Dans cet audit fouillé et très technique de 63 pages, l’auteur relève notamment des manquements sur le secteur Voie de Gap, avec « 90 anomalies non amorties ». L’audit cite notamment « des attaches à serrer sur Veynes-Briançon depuis le 2 août 2013 ou un besoin de serrage sur Grenoble-Marseille depuis le 12 février 2013 », tout en relevant que « plusieurs anomalies ne correspondent pas à une nécessité d’intervention ».

« Ce n’est pas inquiétant mais c’est révélateur », estime un cheminot haut-alpin

« Il faut relativiser, c’est une photographie à un instant T », commente un cheminot haut-alpin. « 90 attaches, ce n’est pas inquiétant si elles ne sont pas toutes au même endroit. Il y a quatre attaches par traverse, soit environ 4000 attaches par kilomètres. En revanche, c’est révélateur du manque de personnel dans les équipes d’entretien. Quand, en dix ans, on passe de 15 agents à 5, il y a forcément des conséquences. »

Interrogé par Mediapart, Jacques Frossard, directeur régional de SNCF Réseau, ne conteste pas qu’il y ait «des écarts, c’est certain. Mais ce qui est important, c’est qu’ils soient corrigés. S’il y a le moindre danger, on peut limiter la vitesse sur le réseau ou même interrompre la circulation.» Selon nos informations, quelque 200 traverses en bois, qui étaient dans un état de délabrement avancé (« Sur certains secteurs, elles étaient tellement pourries qu’on pouvait retirer les tire-fond à la main », témoigne un agent SNCF), ont ainsi été changées l’automne dernier entre L’Argentière-la-Bessée et Briançon. La vitesse a également été limitée sur ce tronçon.

SNCF Réseau annonce que 105 millions d’euros seront investis sur le réseau de Provence-Alpes-Côte d’Azur en 2015, puis 160 millions en 2016 et autant en 2017. Le projet de contrat de plan Etat-Région prévoit de consacrer 22 M€ aux travaux de régénération de la ligne entre Montdauphin et Briançon.

Jean-Yves Petit, vice-président (EELV) de la Région en charge des transports, regrette, dans un communiqué, « découvrir cet audit, datant d’un an, par l’intermédiaire d’un article de presse. Ce n’est pas le fonctionnement que l’on peut attendre entre la SNCF et l’autorité organisatrice du transport régional. On ne peut que se féliciter que la SNCF fasse régulièrement ce type d’audit sur l’état de la sécurité de son réseau ferré, c’est plutôt rassurant. Un comité de pilotage de l’exploitation du réseau ferré régional se tiendra le 22 avril. Je demanderai donc, à cette occasion, les mesures et les actions prises par la SNCF pour régler les problèmes identifiés par cet audit. »

En 2014, les travaux de maintenance des infrastructure ont entraîné la suppression de 1500 trains en Provence-Alpes-Côte d’Azur, et près de 4000 trains ont été supprimés pour des problèmes de maintenance des voitures.


+ Sur le même sujet...