Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
conseil municipal de Gap

Gap : les impôts locaux n’augmenteront pas cette année, mais « je ne garantis rien pour l’avenir »

10 Avr 2015 - 19:37

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

« Je ne toucherai pas à la fiscalité cette année, mais je ne garantis rien pour l’avenir », a annoncé Roger Didier lors du conseil municipal de ce vendredi soir. Car si lors du budget primitif, la municipalité avait envisagé une baisse de 6,5% de sa dotation globale de fonctionnement, « qui devait correspondre au hold-up auquel devait procéder l’Etat sur les finances des collectivités », elle sera en réalité de 13,48%. Cette année, cette dotation s’élèvera donc à 6,7M€ contre 7,8M€ en 2014. « L’écart n’est plus de 540.000€ comme nous le pensions. On va perdre plus d’un million d’euros. C’est quasiment 4% en termes de fiscalité qu’il nous faudrait décider ce soir pour maintenir un bon niveau de qualité », confie le maire. Il se base aussi sur la simulation effectuée par l’Association des maires de France (AMF) qui prévoit une baisse de cette dotation de l’Etat de 3,6M€ d’ici à 2017. « Quand on ajoute à cela le coût des rythmes scolaires et que l’on sait que le prévisionnel de l’AMF était de 250€ par élève, je vous laisse deviner ce qu’il faudra faire. »

Le conseiller d’opposition Jean-Claude Eyraud (Gauche – Tous capables) a souligné que même si la Ville ne touchait pas à ses taux, les impôts allaient tout de même bel et bien augmenter de 0,9% (du fait de la révision des bases) par décision du parlement. L’élu a ensuite insisté pour que la municipalité affiche clairement son soutien aux actions de l’AMF et souhaiterait aussi reprendre le débat sur l’intercommunalité « car derrière, il y a des économies à faire, de même que du développement économique ».

De son côté, le conseiller d’opposition socialiste Bernard Jaussaud estime qu’il y a « un partage de l’effort à faire. On ne peut pas s’exonérer de cette responsabilité collective de la dette accumulée depuis 30 ans ». Il signale aussi que l’Etat met « de plus en plus de dispositifs en place pour que les collectivités puissent investir dans la transition énergétique. Il faut aller chercher ces crédits », a-t-il insisté.


+ Sur le même sujet...