Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Jean-Claude Eyraud

Le retrait de Gap de deux associations de montagne fait bondir Eyraud

10 Avr 2015 - 21:27

La décision du conseil municipal de Gap de résilier ses adhésions à l’association Ville des Alpes de l’année d’une part et à l’Association des élus de la montagne (Anem) d’autre part a fait bondir Jean-Claude Eyraud (Gauche – Tous capables), vendredi soir.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

En ce qui concerne la première association, la municipalité considère que « le maintien de cette adhésion (5000€ annuels) n’avait plus lieu d’être, du fait d’échanges permis par les nouvelles technologies et de la spécificité des approches territoriales ». « Si vous voulez faire des économies, il vous suffit de baisser les indemnités des élus de 15%. D’autant plus que vous êtes les champions du cumul des mandats et donc du cumul des indemnités ; ça me choque », commente M. Eyraud. « Sortir de cette association à un moment où on a un débat sur la transition énergétique, c’est une faute. Cette décision arrive à un moment peu opportun, tout ça pour économiser 5000€, c’est gagne-petit. La force de Ville des Alpes, c’est de mettre les villes en réseau, une manière d’aller chercher ce que les autres font en matière d’économies d’énergie », continue l’élu d’opposition, qui a véritablement élevé la voix lorsqu’il s’est agi de la résiliation de la Ville à l’Anem. « On va sortir du réseau pour économiser 3607€ ! Je n’y crois pas ! Le calendrier des vacances scolaires, tout le monde s’en félicite. Il a été débattu à l’Anem. J’en ai parlé avec votre ancien collègue du PRG qui est aussi député et qui siège dans ce fameux conseil national de la montagne. Un groupe de travail sur la pluriactivité et la saisonnalité va être créé par le Premier ministre et c’est Joël Giraud qui en est à l’origine ! Je vous demande de revenir sur cette décision. » Bernard Jaussaud (PS) précise que « ce réseau fournit un travail collaboratif fort, c’est un outil de lobbying efficace qui ancre l’idée que la montagne a des contraintes spécifiques. »

Pour Roger Didier, il est hors de question de revenir sur cette décision. « Après l’accueil du Premier ministre au gymnase Lafaille pour le congrès de l’Anem, ça a été le vide sidéral. On ne sollicite pas l’association. Je considère que le rapport coût/avantage est totalement inexistant. »

« Ce n’est pas un problème coût/avantage, recentre M. Eyraud. On est en plein dans la montagne ! On ne va pas rester isolés avec Pelleautier et compagnie ! »


+ Sur le même sujet...