Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Tunnel du Chambon2

Fermeture du tunnel du Chambon : des navettes sur l’eau en attendant les travaux

15 Avr 2015 - 20:24
Les présidents des deux Départements, MM. Barbier et Bernard, présidaient cette réunion de crise, à laquelle participaient également Joël Giraud et Arnaud Murgia.
Les présidents des deux Départements, MM. Barbier et Bernard, présidaient cette réunion de crise, à laquelle participaient également Joël Giraud et Arnaud Murgia.

Après la fermeture du tunnel du Chambon en raison d’un risque d’effondrement, condamnant la liaison entre Grenoble et Briançon, une réunion s’est tenue ce mercredi après-midi à Bourg-d’Oisans (Isère), en présence des présidents des deux Départements, Jean-Marie Bernard et Jean-Pierre Barbier, afin d’envisager des solutions pour permettre de rétablir au plus vite les liaisons entre Haute-Romanche et Oisans. Il apparaît en effet que les travaux de sécurisation du tunnel pourraient débuter ce lundi, mais que la réouverture ne pourra pas intervenir avant le 15 juin!

LIRE EGALEMENT
>> Fermeture de la route du Lautaret : des navettes sur le lac effectuées par les pompiers

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Un système de barge sur le lac du Chambon permettrait de contourner le tunnel (vue satellite Google).
Un système de barge sur le lac du Chambon permettrait de contourner le tunnel (vue satellite Google).

Selon Arnaud Murgia, conseiller départemental de Briançon 1, « un système de liaison entre les deux côtés du tunnel sera mis en place au plus vite par un système de barges en traversant le lac. Le Département de l’Isère travaille avec des entreprises sur ce point en cette fin de journée mais nous n’excluons pas, dès ce soir, de constater communément la carence et de faire appel à l’armée. » L’objectif est de parvenir à mettre en place ce système d’ici 48 heures, indique le député Joël Giraud. Par ailleurs, Jean-Marie Bernard va demander au concessionnaire du tunnel du Fréjus de consentir une baisse des tarifs pendant la durée des travaux, en s’appuyant sur le « montant des gains engendrés par la hausse de fréquentation » que provoque cette fermeture.

A plus long terme, les deux Départements étudient la finalisation de la piste forestière longeant l’autre rive du Chambon pour avoir à l’avenir un itinéraire de substitution en cas de crise. « Devant les désordres géologiques, il est nécessaire d’avoir une alternative pérenne en cas de nouveau problème », souligne Joël Giraud.


+ Sur le même sujet...