Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
THT Montdauphin (2)

Lignes à haute tension : le chantier de RTE s’organise, la contestation aussi

22 Avr 2015 - 23:04

Le projet de renforcement de l’alimentation électrique de la Haute-Durance, qui suscite une vague de protestations de la part de plusieurs associations et communes concernées (plusieurs recours ont été déposés), sera officiellement lancé ce vendredi à 10h30, à Embrun. Luc Mazéas, directeur du centre Développement & Ingénierie de RTE (Réseau de transport d’électricité) Provence-Alpes-Côte d’Azur, Gérard Robinot, pilote du projet Haute-Durance, et le préfet des Hautes-Alpes Pierre Besnard présideront une « cérémonie de lancement des travaux » au château de la Robéyère. Les opposants au projet manifesteront aux portes de l’établissement, ce vendredi matin. Ils seront tenus à distance par des forces de maintien de l’ordre. Et la mairie d’Embrun a annoncé ce mercredi que la route serait fermée à la circulation, du rond-point du lycée professionnel jusqu’à son intersection avec la RD 9 (Route des Puys), de 8h30 à 16 h.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Lors de cette cérémonie, RTE présentera aux décideurs des Hautes-Alpes « les modalités des travaux (2015-2020) et l’implication des entreprises locales et les réponses du projet aux enjeux du développement durable et le respect des engagements pris ».

Les responsables de RTE et de la CCI sensibilisent les entreprises locales aux enjeux du chantier.
Les responsables de RTE et de la CCI sensibilisent les entreprises locales aux enjeux du chantier.

Afin d’optimiser les retombées économiques et sociales locales, le comité Haute-Durance Initiatives (HDI), créé à l’initiative de la CCI et de RTE, a récemment réuni les donneurs d’ordres et les entreprises locales référencées susceptibles d’intervenir sur le chantier Haute-Durance. Cette matinée a été l’occasion de rappeler les exigences de RTE et des entreprises nationales en la matière, conditions sine qua non pour prétendre à la consultation pour les entreprises haut-alpines. Des stage encadrement et opérateur sont ainsi proposées pour permettre la montée en compétences des entreprises locales afin de prétendre à l’obtention d’un marché en sous-traitance. Autre priorité pour RTE : les normes environnementales. Un coordinateur environnemental sera ainsi présent tout au long du chantier afin d’accompagner les entreprises.

Les opposants manifesteront à partir de 9h à Embrun

De leur côté, Avenir Haute-Durance, association qui demande que toutes les lignes prévues par RTE soient enterrées, appelle à manifester à Embrun, dès 9 heures. La Société alpine de protection de la nature (SAPN) se joint également à l’appel.

« Si ce projet se réalisait, les conséquences environnementales, paysagères, sanitaires seraient très importantes pour les Haut-Alpins et les touristes », estime la SAPN. « Le groupe de pression réuni autour de RTE n’a jamais envisagé d’autres solutions pourtant en adéquation avec les enjeux du XXIème siècle et l’économie locale. Pour autant, ce projet n’est qu’à l’état… de projet. La mobilisation citoyenne et les recours en justice doivent permettre la réalisation d’autres solutions. »

Il y a quelques semaines, une réunion s’est déroulée sous l’égide de la préfecture entre RTE et les forces de sécurité au sujet de la sécurisation du chantier. Les pouvoirs publics redoutent en effet la venue de « zadistes », qui viendraient s’installer sur une « zone à défendre (Zad) », à l’instar de ce qui a pu se produire pour le projet de barrage de Sivens ou à Roybon (Isère), sur le site d’un projet de Center Parcs. La difficulté pour d’éventuels zadistes repose cependant dans l’étalement du projet, sur plusieurs dizaines de kilomètres, mais aussi sur le relief. Cette hypothèse a néanmoins été anticipée par la gendarmerie.


+ Sur le même sujet...