Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Manifestation Avenir Haute-Durance

Embrun : 200 manifestants dénoncent le lancement du projet de lignes THT (vidéo)

Quelque 200 personnes ont manifesté, ce vendredi matin à Embrun, contre le lancement du projet de lignes à haute et très haute tension de RTE (Réseau de transport d’électricité) dans les Hautes-Alpes. RTE organisait en effet une cérémonie dédiée aux décideurs et aux entrepreneurs pour marquer symboliquement l’entrée dans la phase active de ce projet, qui a débuté en septembre dernier et va s’étaler jusqu’en 2020. Cette cérémonie officielle était protégée par une rangée de CRS et de nombreux gendarmes déployés devant et dans l’enceinte du château de la Robéyère.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Gendarmes et CRS protégeaient le château de la Robéyère, où se déroulait la cérémonie organisée par RTE.
Gendarmes et CRS protégeaient le château de la Robéyère, où se déroulait la cérémonie organisée par RTE.

Avenir Haute-Durance (AHD), association opposée au projet, avait organisé cette manifestation, avec l’appui de la SAPN (Société alpine de protection de la nature) notamment. Plusieurs élus figuraient parmi les manifestants, en particulier Joël Bonnaffoux (PS) et Valérie Rossi (PRG), tous deux nouveaux conseillers départementaux et maires de La Bâtie-Neuve et de Puy-Sanières, deux communes qui se sont associées aux recours d’AHD contre les déclarations d’utilité publique du projet. La municipalité d’Embrun ne participait pas à la manifestation, mais n’était pas davantage présente à la cérémonie de RTE, le maire, Chantal Eyméoud (UDI), qui conteste également le projet, siégeant pour sa part au conseil régional à Marseille ce vendredi. Les élus étaient d’ailleurs peu nombreux à la cérémonie symbolique organisée par RTE (lire par ailleurs).

Une militante d’Avenir Haute-Durance interpelle le préfet
Juliette Plantadis (Avenir Haute-Durance) a interpellé le préfet Pierre Besnard.
Juliette Plantadis (Avenir Haute-Durance) a interpellé le préfet Pierre Besnard.

Une représentante d’AHD, Juliette Plantadis, juriste en environnement, avait réussi à s’introduire à la présentation officielle de RTE. Dans les dernières minutes de la cérémonie, elle a interrogé le préfet des Hautes-Alpes sur la genèse du projet. « Il s’appuie sur un diagnostic de 2009 réalisé par un cabinet privé », a-t-elle observé. « La situation législative n’est plus du tout la même et nous sommes dans une politique de sobriété énergétique alors que ce projet porte sur le seul aspect quantitatif. La France doit par ailleurs transposer une directive européenne sur l’efficacité énergétique qui fixe une baisse de 20% des consommations. Ce projet ne va-t-il pas à l’encontre de cette politique? »

« Oui, nous devons réduire la consommation mais il faut moderniser le réseau malgré tout », a répondu Pierre Besnard. « Je suis un préfet terre à terre. Il y a les considérations globales, très intéressantes, et les problèmes locaux. Le réseau est obsolète, il faut le changer. Au bout d’un moment, il faut prendre des décisions. La politique, c’est l’art des choix, dit-on. Maintenant, c’est à la justice de trancher. »


Manifestation contre le projet de lignes à… par lemedia05


+ Sur le même sujet...