Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
assemblée générale de l'upe 2015

Yvan Chaix à l’UPE : « Il faut capitaliser sur les grands sites » en matière de tourisme

28 Avr 2015 - 16:32

Lors des assemblées générales de l’Union pour l’entreprise des Hautes-Alpes (UPE 05), le président Boris Perdigon invite plusieurs interlocuteurs à s’exprimer en fonction de l’actualité. Lundi soir, ils étaient nombreux à se relayer à la tribune devant une salle bien fournie.

Prud’hommes : le recours facilité au magistrat professionnel inquiète

Erland Watrin a abordé la loi Macron et « la mise sous tutelle de la magistrature de la prud’homie », selon lui. « Le bureau de conciliation et d’orientation va permettre au justiciable de demander tout de suite de passer devant le bureau de jugement à cinq. » Jusqu’alors, il était fait appel à un juge départiteur en dernier recours, lorsque les conseillers prud’homaux (représentants des salariés d’un côté, représentants patronaux de l’autre) n’arrivaient pas à se mettre d’accord. Cette possibilité d’imposer d’entrée de jeu un magistrat professionnel pose problème au conseil de prud’hommes. « On reproche aux magistrats de ne pas connaître le monde de l’entreprise », justifie Erland Watrin.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

De l’art d’avoir de bonnes relations avec l’Urssaf

Deuxième sujet sensible, l’Urssaf. Son président Christian Mabboux a commencé en livrant un chiffre étonnant : l’organisme collecte chaque année dans les Hautes-Alpes 650 millions d’euros auprès des employeurs et reverse entre 900 millions et un milliard de prestations (assurance-maladie, allocations familiales, retraite). Mais il était surtout présent pour donner trois règles d’or aux chefs d’entreprise présents pour entretenir de bonnes relations avec l’Urssaf : « 1. Anticipez. Si vous sentez que vous avez un problème, prenez rendez-vous avec l’Urssaf. Si vous laissez traîner, vous arriverez à une situation compliquée. Or une dette avec l’Etat est impossible à effacer. 2. Soyez franc. Ne prenez pas les agents de l’Urssaf pour des imbéciles ; ils ont une formation supérieure et ils n’aiment pas ça. 3. Demandez une attestation de vigilance pour vos entreprises sous-traitantes, car vous pouvez être tenus pour responsables en cas de manquement. Nous avons des cas actuellement dans le département. »

RSI : des propositions pour réformer le système

Stéphane Scarafagio, Thierry Frechon, Laurent Brutinel et Boris Perdigon.
Stéphane Scarafagio, Thierry Frechon, Laurent Brutinel et Boris Perdigon.

Troisième point l’actualité : la grogne contre le RSI (régime social des indépendants, la sécurité sociale des chefs d’entreprise, commerçants et artisans). Stéphane Scarafagio (président du BTP 05) reconnaît qu’il existe de « vrais problèmes de fonctionnement, de collecte et de suivi ».  Thierry Frechon (Umih 05) demande entre autres « une refonte de la gouvernance du RSI, l’exclusion du RSI des autoentrepreneurs ayant un contrat de travail et même un compte pénibilité de l’entrepreneur ». Laurent Brutinel (président de la CGPME 05) ne souhaite pas « la dissolution du RSI ou sa fusion avec le régime général », mais liste « quelques propositions pour que le système marche » : « Il faut permettre l’autodéclaration et l’autopaiement. On demande aussi à pouvoir interroger l’administration avec une réponse ou une non réponse qui l’engage. Enfin, on veut que soit nommé un médiateur indépendant lors de situations inextricables. »

9% de journées skieur en moins cet hiver

Le grand invité de l’assemblée générale était le directeur de l’Addet (agence départementale de développement économique et touristique des Hautes-Alpes) Yvan Chaix. L’ex-directeur des offices de tourisme du Dévoluy et de Val d’Isère a grandement évoqué un secteur en souffrance alors qu’il génère un tiers des richesses du département : le tourisme. Depuis 10 ans, le département voit sa part de marché s’effriter avec 2,4 millions de nuitées perdues. Pour ne rien arranger, les chiffres révélés par Domaines skiables de France pour la saison montrent que les Alpes du Sud sont le massif qui souffre le plus en France avec 9% de journées skieur en moins par rapport à l’année dernière (déjà en baisse). « Il y a 15 ans on avait un problème d’offre, aujourd’hui on a un problème de demande », analyse Yvan Chaix. « Un touriste sur dix est étranger, c’est insuffisant. On a même eu des difficultés à attirer des clients du grand Sud-Est. »

Yvan Chaix
Yvan Chaix

Pour lui, il s’agit d’un problème de promotion et de communication. « Nous avons des stations de faible notoriété à part Serre Chevalier et Montgenèvre dans une moindre mesure. » Yvan Chaix entend ainsi mettre les moyens pour commercialiser les Hautes-Alpes directement ou auprès des tours opérateurs et agents de voyage. « On encourage d’abord les stations à communiquer sur leur marque, leur notoriété. Il faut capitaliser sur ces grandes marques, ces grands sites que sont Serre Chevalier, Serre-Ponçon, le parc des Baronnies… C’est notre ligne stratégique. Il n’y a pas grand intérêt à communiquer sur la marque Hautes-Alpes, estime-t-il. Les grands événements sportifs et culturels sont aussi à valoriser. »

Yvan Chaix compte sur les Haut-Alpins pour se faire les vecteurs de la communication de la destination à travers le club des ambassadeurs My Hautes-Alpes. « Le Haut-Alpin est complexé et sévère avec lui-même. Entre nous, il faut que nous soyons lucides sur ce qui ne va pas, mais à l’extérieur il faut donner à voir le meilleur des Hautes-Alpes », conseille le directeur de l’Addet.

Le conseil d’administration de l’UPE renouvelé

  • Les membres qui se représentent : Lionel Rostain, Philippe Amouriq, Hervé Buisson, Michel Chardon, Cédric Derwel. Par ailleurs, il y a trois représentants des branches professionnelles : Marie-Josée Marcellin (assureurs), Pierre-Louis Rougny (entreprises de propreté) et Jean-Yves Salle (Domaines skiables de France), qui sera prochainement remplacé, puisqu’il quitte la direction de Serre Chevalier.
  • Ceux qui ne se représentent pas : Jérôme Escallier, Jean-Noël Peyraud, Eric Sciscione, Raymond Sarlin.
  • Devraient rentrer sept nouveaux membres au lieu de quatre, une fois que les statuts auront été modifiés en assemblée générale extraordinaire : Lionel Blanchard, Charlotte Bourgeois, Corinne Fitzgerald, Sylvie Galea, Gérard Lagier, Jean-Michel Moratoglou, Eric Philippe.


+ Sur le même sujet...