Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Bernard Jaussaud

Régionales : Bernard Jaussaud (PS) ne présentera pas de liste alternative

Après la décision du conseil fédéral du PS de désigner Christophe Pierrel comme tête de liste du PS dans les Hautes-Alpes pour les prochaines élections régionales, Bernard Jaussaud, vice-président de la Région et président du Comité régional du tourisme, qui a été écarté de l’investiture, annonce à L’e-media 05 qu’il ne présentera pas de liste alternative. Il disposait en effet d’un délai de 24 heures pour proposer une autre liste aux militants socialistes, appelés à voter le 28 mai prochain. « Je prends acte de cette décision », indique M. Jaussaud, qui égratigne cependant le PS pour « la façon dont ça se passe », avec une « transparence qui n’est pas optimale ». De ce fait, « je préfère garder un minimum de dignité », lâche-t-il.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

« Le PS ne cessera jamais de m’étonner », avoue Bernard Jaussaud. « C’est une procédure bizarre. A aucun moment, nous n’avons été amenés à défendre un projet. Il n’y a pas eu de campagne interne. Il me semble pourtant que j’avais quelques éléments à faire valoir sur la Région, sur la campagne… Je n’ai jamais été aussi légitime sur un mandat ! On me parle de renouvellement, mais je ne siège que depuis cinq ans et je suis vice-président depuis moins d’un an. Mais il y a quelque chose de messianique dans cette histoire… Le petit Jésus est descendu sur terre… », ironise le vice-président sortant, visant, sans le citer, Christophe Pierrel, chef adjoint du cabinet de François Hollande et Gapençais depuis 2012.

A l’issue du scrutin des 6 et 13 décembre, Bernard Jaussaud conservera donc uniquement le mandat de conseiller municipal d’opposition à Gap. Comment envisage-t-il son avenir ? « C’est encore un peu tôt pour le dire », répond-il. « Je reste vice-président de la Région et président du CRT jusqu’au terme de mon mandat. Et je compte bien mener des projets à terme. Je n’ai jamais considéré la politique comme un métier. Etre professionnel de la politique, ce n’est pas la meilleur façon de l’envisager. Je chercherai donc un emploi. C’est un moment de la vie, et je n’y mets aucun pathos, même si ce n’est pas un moment agréable à vivre. Par respect pour les électeurs de la ville de Gap, et parce que c’est un mandat qui m’intéresse, je continuerai à siéger au conseil municipal, tant que ma vie professionnelle et personnelle me le permettra. »


+ Sur le même sujet...