Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Christophe Pierrel

L’autoportrait du dimanche : Christophe Pierrel, chef adjoint du cabinet de François Hollande

Christophe Pierrel, chef adjoint du cabinet du président de la République, sera la tête de liste du PS dans les Hautes-Alpes lors des prochaines élections régionales. Sa désignation, qui s’est faite au détriment du vice-président sortant Bernard Jaussaud, a été entérinée par le conseil fédéral du PS, avant le vote formel des militants socialistes le 28 mai prochain. S’il était élu en décembre prochain, ce serait le premier mandat de cette étoile montante du PS, qui n’en a pas encore obtenu même s’il a déjà été candidat sur la liste de Bernard Jaussaud aux municipales à Gap en 2014 et aux élections départementales, en tant que suppléant de Christian Graglia, qui a été battu. Il n’empêche que cet homme de 30 ans, qui s’est installé avec sa famille à Gap en 2012, a déjà une solide expérience politique. Diplômé d’un master en communication politique et en science politique à l’université Panthéon-Sorbonne en 2007, Christophe Pierrel entame sa carrière politique auprès de Jean-Marie Bockel, maire (Gauche moderne) de Mulhouse rallié à Nicolas Sarkozy, puis auprès de Michel Vauzelle à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de 2008 à 2012. Il devient ensuite chef de cabinet de la Marseillaise Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux Personnes handicapées et à lutte contre l’exclusion, puis celui de Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la jeunesse et des sports. Depuis janvier dernier, il a rejoint le cabinet de François Hollande, où il est notamment chargé des déplacements présidentiels. Autoportrait d’un charmeur auquel rien ne semble résister.

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Le bonheur parfait selon vous ?
Des choses simples : montagne, soleil, famille, amis, rando, lacs de montagne…

Quel est le trait de votre caractère dont vous êtes le moins fier ?
Enfant, j’étais colérique ; maintenant, je suis parfois impatient, et de plus en plus exigeant

Votre occupation préférée ?
Mon occupation principale, c’est mon travail, celle qui me passionne, la politique, mais ma préférée, c’est de partager des moments avec les gens que j’aime

Quel défaut pouvez-vous pardonner ?
L’insouciance

Celui que vous ne pardonnez pas ?
L’intolérance

Votre plus grande peur ?
Ce qui me fait particulièrement peur, c’est le rejet de la solidarité, la montée de l’individualisme. Notre pays s’est construit sur la solidarité et la fraternité. C’est un idéal qui tend à disparaître et je m’en inquiète.

Qu’avez-vous réussi le mieux dans votre vie ?
Mes enfants. C’est un peu bateau comme réponse, mais c’est une réalité. Nos enfants avec ma femme sont forcément notre plus belle réussite commune.

La figure historique à laquelle vous auriez aimé ressembler ?
Jean Jaurès

Vos livre, chanteur, film favoris ?
Livre : même s’il ne s’agit pas de mon livre préféré, j’avoue avoir beaucoup aimé le dernier Houellebecq (Soumission, NDLR) pour la réflexion politique et polémique qu’il provoque.
Chanteur : Malgré toute mon affection pour les Prêtres chanteurs, je préfère le groupe Alt-J.
Film : les Tontons flingueurs ou Usual Suspect

Quels sont vos héros dans la vie réelle ?
Dans notre histoire récente, l’histoire d’un héros moderne, simple, qui n’est un héros que parce qu’il n’a pas imaginé une seconde faire autrement que de sauver des vies : Lassana Bathily.

Votre boisson préférée ? Votre drogue favorite ?
Boisson préférée : le vin rouge (par chance, la nounou de nos enfants est aussi œnologue et nous fait découvrir de nombreux petits producteurs français qui font des vins merveilleux à des prix abordables : la gastronomie et la qualité doivent rester accessibles à tous)
Ma drogue : le café

Si vous deviez changer une chose dans votre apparence physique, que choisiriez-vous ?
Mes oreilles… Elles sont un peu celles d’un rugbyman sans avoir jamais pratiqué ce sport…

A quoi ou à qui aimeriez-vous ressembler ?
A personne. Je n’ai pas d’idole, je cherche à être moi-même

En qui ou en quoi croyez-vous ?
Je crois en l’humanité (et aussi en la politique pour faire changer les choses)

Le talent que vous voudriez avoir ?
L’hypermnésie

Que détestez-vous par-dessus tout ?
Parler de moi ! Je déteste aussi particulièrement les idées préconçues

Où aimeriez-vous être maintenant ?
A Gap (on est un soir de semaine et je travaille à Paris… hélas…)

Votre devise ?
Liberté, égalité, fraternité ! Bien entendu. Je prends d’ailleurs très mal la captation de l’héritage républicain que Nicolas Sarkozy compte réaliser en rebaptisant l’UMP « les Républicains ». C’est un hold-up de notre patrimoine. Je suis fier d’être républicain, mais très loin de me sentir proche des idées du candidat de droite battu en 2012.

(NB : cet autoportrait a été réalisé avant la désignation de Christophe Pierrel par les instances du PS aux prochaines élections régionales)


+ Sur le même sujet...