Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Patrick Ricou Jean-Marie Bernard (1)

Le Département veut réduire son fonctionnement de 2 millions d’euros

Un audit financier du cabinet Klopfer sera présenté, ce mardi, au conseil départemental des Hautes-Alpes portant sur la situation financière du Département et sur les différentes hypothèses d’avenir. « Notre épargne s’établit à 21 M€ mais elle s’érode d’un million d’euros par an », relève Patrick Ricou, premier vice-président chargé des Finances et de l’Economie. « Nous avons stabilisé nos dépenses de fonctionnement en agissant sur celles sur lesquelles nous pouvions le faire mais les dépenses sociales (hébergement des personnes âgées et allocations notamment) ont fortement augmenté. Or le différentiel s’est creusé entre les dépenses et les compensations versées par l’Etat pour atteindre 17 M€. Nous avons une autre contrainte, c’est que, du fait de la réforme de la fiscalité, les recettes ne sont plus dynamiques. Quant à la dotation globale de fonctionnement de l’Etat, elle va baisser de 4,1 M€ cette année, et doit baisser de 6 M€ en 2016 et de 10 M€ en 2017. Pour conserver une capacité d’investissement de 35 à 40 M€, l’équation est difficile à résoudre ! »

[sam_ad id= »17″ codes= »true »]

Le cabinet Klopfer propose deux pistes : l’augmentation de la fiscalité (« Mais ce n’est pas ce que nous voulons retenir pour les deux ou trois prochaines années ») ou une baisse des dépenses de fonctionnement. C’est sur ce dernier point que l’exécutif départemental entend « aller plus loin. Nous devons réduire notre périmètre d’intervention et nous recentrer sur ce qui est important en délaissant ce qui est secondaire », estime Patrick Ricou, qui chiffre l’objectif de la réduction des dépenses à 2 M€. « Nous voulons jouer la transparence. Nous n’avons pas d’autre choix que d’aller dans cette direction. »

Cette situation touche tous les départements. Jean-Marie Bernard, président du Conseil départemental, évoque ainsi le cas de son homologue du Nord : « Il a un budget de 3,5 milliards d’euros. Il nous disait que, d’ici 2017, s’il ne changeait rien, il ne lui resterait que 10 M€ pour l’investissement! »

Une étude engagée sur l’efficacité des services afin d’appuyer les mesures d’économie

« Notre ambition est de revoir notre fonctionnement interne », explique M. Bernard. « Nous avons mis en place un schéma ambitieux pour les routes dans les années 2000, mais les circonstances ont changé. Est-ce qu’il faut qu’on soit représenté à un tel niveau sur les territoires? Nous allons lancer mardi une étude pour voir comment l’efficacité des services que nous rendons est perçue, afin de faire les bons choix, peut-être dans la mutualisation, pour faire des économies. Cette étude ne sera pas un bouleversement mais une photo pour poser notre réflexion. Il faut sortir du train-train dans lequel on peut se trouver quand on fait les choses depuis longtemps. On veut le faire en concertation avec les agents. On se parlera franchement et on ne fera l’économie de rien. » Jean-Marie Bernard cite les exemples des remplacements des départs à la retraite, qui devront être justifiés et discutés dans chaque cas, ou des remplacements des absences (de maternité par exemple), qui ne seront pas systématiques.

« Pour la première fois, nous sommes élus pour six ans », relève le président du Département. « Cela nous permet d’engager un travail de fond pour que l’usager ne soit pas perdant tout en trouvant les façons les plus pertinentes d’agir », avance Patrick Ricou.

Les subventions aux associations sont également dans le viseur : « Il ne s’agit plus de se demander si nous pouvons augmenter ou si nous devons baisser une subvention, mais de s’interroger sur le rôle de l’association dans le cadre des politiques départementales », note Jean-Marie Bernard. Même chose pour les subventions aux communes : « Il faut faire comprendre aux maires, qui se plaignaient quand le taux d’aide n’atteignait pas 80%, que quand ils auront 50%, il faudra qu’ils soient satisfaits. »

(Notre photo : Patrick Ricou, vice-président chargé des Finances, et Jean-Marie Bernard, président du Département)


+ Sur le même sujet...