Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Photo d'illustration.Photo d'illustration.

Veynes : pris en chasse par les gendarmes, il abandonne une fillette grièvement blessée

L’agresseur présumé du gérant du « U express » de Veynes, qui était recherché depuis le 26 mai dernier, a été pris en chasse par les gendarmes, ce mercredi soir, vers Montmaur. Dans sa fuite, il a été victime d’un accident à hauteur du hameau des Creyers, sur la commune de Veynes, vers 21h30. Une fillette de 6 ans, qui se trouvait à bord, a été éjectée de la voiture et souffre d’une importante plaie au ventre. Le conducteur, qui a pu être appréhendé par les gendarmes, a été placé en garde à vue, comme le confirme le substitut du procureur de la République Sandra Reymond.

Les faits avaient débuté le 26 mai dernier au magasin U Express de Serres. Deux hommes et une femme avaient rempli un chariot et souhaitaient payer avec des chèques, qui se sont révélés volés et falsifiés. Alertée par la caissière, le gérant du magasin a refusé un chèque d’un montant important. Il a aussi suivi le groupe pour tenter de prendre en photo la plaque d’immatriculation de leur véhicule. C’est alors que cet homme de 35 ans, résidant dans le Gapençais, l’a menacé avec une arme (dont les enquêteurs ignorent si elle est vraie). Le gérant n’avait pas été blessé mais était en état de choc. L’agresseur avait réussi à échapper aux gendarmes, qui avaient établi un barrage à La Freissinouse, puis aux policiers de Gap. Il était activement recherché depuis par les gendarmes de Gap, Serres et Veynes.

Durant sa fuite, il a volé trois voitures dans les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence et le Var. Il comparaîtra ce vendredi à 16 heures devant le tribunal correctionnel de Gap pour vol avec violence, falsification de chèques et usage de chèques falsifiés, refus d’obtempérer avec mise en danger de la vie d’autrui, défaut de permis de conduire, usage de stupéfiant et vols de véhicules. Déjà connu des services judiciaires, il encourt une peine d’emprisonnement de 10 ans. Le procès de Julien Detilleul a été renvoyé au 10 septembre. En attendant, le tribunal correctionnel a ordonné son placement en détention [article mis à jour le 5 juin].


+ Sur le même sujet...