Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Rocade (4)

Contrat de plan Etat-Région : 10% du montant pour les infrastructures haut-alpines

5 Juin 2015 - 12:09

Le contrat de plan Etat-Région (CPER) 2015-2020 a été signé vendredi 29 mai par le président de Région Michel Vauzelle et le Premier ministre Manuel Valls. « Un vote acquis dans la difficulté avec une montée très virulente de la droite, injuste sur le fond et la méthode employée. Les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône ont été traitées à la hauteur de ce qu’elles représentent, malgré la politique de la chaise vide de certains élus », constate le vice-président de la Région Bernard Jaussaud. « La droite a reproché à Michel Vauzelle d’avoir élaboré le CPER en catimini alors que tout avait été discuté en amont dans les départements, juste avant les élections », glisse la conseillère régionale Christine Nivou. Le groupe UMP-UDI, qui avait demandé le report du scrutin avec plusieurs grands élus de la région (dont le maire de Gap), a voté contre le CPER, tandis que le Front de gauche l’a approuvé sans enthousiasme (et s’est abstenu sur la convention du massif des Alpes).

Avant de détailler ce CPER, les élus haut-alpins de la majorité ont tenu à faire une mise au point au sujet du tunnel du Chambon. « Quand un tel événement survient à un mois de signer le CPER, on ne peut pas tout remettre en question », explique Mme Nivou. « Le CPER ne peut pas intervenir dans l’urgence. Quand bien même il l’aurait pu, il aurait figuré dans le CPER de Rhône-Alpes. Se profilent des interrogations sur la pérennité de l’ouvrage. La Région sera aux côtés des collectivités », assure M. Jaussaud.

68M€ pour les routes

Ce CPER 2015-2020 contient une enveloppe de 1,67 milliard d’euros, « partagés à quasi-parité entre Etat et Région ». « 10% du montant total du CPER reviennent à nos infrastructures », se félicite Bernard Jaussaud. 68 millions d’euros d’investissement sont programmés pour les routes des Hautes-Alpes : 41M€ pour la rocade ; 16M€ pour la modernisation de la RN 85 (entre La Saulce et Corps) et la RD 1075 (entre Sisteron et Grenoble) ; 4M€ pour l’aménagement et la requalification des berges du Drac ; 4,5M€ pour les carrefours sur la RN 94 à Briançon (Grande boucle) et Saint-Crépin (l’aérodrome) ; 1,2M€ pour le carrefour de Chorges sur la RN 94 ; 1M€ pour la reconstruction du pont des Rouyes à L’Argentière.

70M€ pour le rail

Côté rail, 70 millions d’euros seront investis dans les Hautes-Alpes : 33M€ pour la régénération de la ligne entre Briançon et Mont-Dauphin ; 22M€ pour les études et premiers travaux vers Rhône-Alpes de l’Etoile de Veynes ; puis une somme encore non définie pour le traitement de l’accessibilité et l’aménagement en pôle multimodal de la gare de Gap. « C’est une forme de compensation alors que le maire avait refusé le contrat de développement, passant à côté de 8M€, et on ne sait toujours pas pourquoi. C’est quand même réinscrit, comme quoi on est de bonne composition », tacle Bernard Jaussaud.

Au sujet du désenclavement, Bernard Jaussaud dira en aparté qu’il croit toujours en l’A51 et soutient le combat de la députée Karine Berger en ce sens. « Le financement privé, par le biais des entreprises concessionnaires, est le seul possible. »

Côté patrimoine et aménagement urbain

414.000€ de crédits sont destinés à la restauration des fortifications Vauban à Briançon et une autre somme est allouée au théâtre du Briançonnais. Le CPER soutiendra aussi le contrat de ville qui bénéficiera au quartier du Haut-Gap.

Le Gapençais passera-t-il à côté de crédits ?

En plus du CPER, ont été votés les deux contrats de plan interrégionaux, dont la convention interrégionale du massif des Alpes. « Un contrat entre les régions Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Etat et l’Agence de l’eau avec 96,96M€ de financements », précise la conseillère régionale Claire Bouchet. « Sans compter les 67M€ du programme européen opérationnel interrégional des Alpes. Normalement, ces territoires doivent être prêts à déposer des dossiers ; ils ont été informés en amont. A condition de présenter des projets cohérents, on aura toutes les chances d’obtenir des moyens importants. »

Précision qui a son importance. « On s’émeut de ne pas avoir de candidature de contrat d’équilibre territorial. On a fini les auditions, et on est toujours sans candidature de l’aire gapençaise, le seul territoire absent… », s’étonne Christine Nivou. Les élus viennent de rencontrer les présidents des intercommunalités du Pays gapençais et du Scot (schéma de cohérence territoriale) pour les inciter à présenter une candidature au plus vite. « On espère qu’ils le feront, ajoute Bernard Jaussaud. De la même manière qu’un appel à projet a été lancé sur l’espace valléen. La quasi-totalité des territoires éligibles l’ont fait, sauf le Gapençais… »

(Notre photo : 41 M€ sont programmés pour la réalisation de la rocade de Gap)


+ Sur le même sujet...