Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Brebis carrefour

Loup : des éleveurs déposent des carcasses de brebis sur un carrefour de Gap

7 Juin 2015 - 22:11

Des éleveurs d’Orcières ont déposé deux carcasses de brebis, surmontées d’une pancarte en carton « Merci le loup », ce dimanche midi, sur le rond-point du Cèdre à Gap. Les deux brebis avaient été tuées la nuit précédente par un loup près de Prapic, selon les éleveurs. Les carcasses ont été rapidement évacuées par les policiers de Gap, qui entendaient même interdire la prise de photos par les riverains…

Le loup provoque une nouvelle mobilisation des éleveurs des Alpes du Sud, après l’attaque d’une meute survenue à Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), dans la nuit de vendredi à samedi. Selon l’éleveur, Jean-Luc Ferrand, neuf loups auraient attaqué son exploitation, menaçant même l’un de ses fils, qui était armé d’une carabine, tandis que l’autre éclairait la zone avec les phares d’un tracteur.

Voici le témoignage des deux frères, recueilli sur place par Olivier Milleville (H’Actu Presse) :

Cette scène étonnante, qui a fait l’objet de reportages sur les médias nationaux ce week-end, a amené Christophe Castaner, député-maire de Forcalquier et président du Groupe national Loup, à demander à la préfète des Alpes-de-Haute-Provence de prendre un arrêté « pour empêcher cette meute de s’approcher des habitations et d’effrayer la population. Compte tenu de la pression permanente sur les élevages, il est essentiel que des moyens efficaces de protection des troupeaux soient mis en place. »

De son côté, le président de l’association des maires des Hautes-Alpes, Jean-Michel Arnaud, annonce qu’il a convoqué la première commission loup créée au sein de l’association, ce mardi.

Les associations de CAP Loup en appellent pour leur part « à la raison », en relevant que « les incohérences ne manquent pas dans cette histoire ». Pour les associations environnementalistes, « le père, dont le troupeau a été attaqué il y a quelques jours, parle de 13 loups dont « un très gros et noir » et 4 grands louveteaux, ce qui est invraisemblable puisque les louveteaux à cette époque sont encore tout petits et pas en âge de suivre la meute. Aucune meute si grande n’est connue par les suivis scientifiques à cette époque de l’année. » [article mis à jour le 8 juin avec la réaction de CAP Loup]

(Photo Edouard Pierre/Facebook)


+ Sur le même sujet...