Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Axel Maaziz porte un bouc, dont le signalement, par la fillette, a conduit les gendarmes à le suspecter et à l'interpeller 20 minutes après l'agression.Axel Maaziz porte un bouc, dont le signalement, par la fillette, a conduit les gendarmes à le suspecter et à l'interpeller 20 minutes après l'agression.

L’Argentière : la reconstitution de l’enlèvement d’une fillette va avoir lieu sous haute surveillance

La reconstitution de l’enlèvement et de la tentative de meurtre d’une fillette de 7 ans, qui s’étaient produits le 17 avril 2014 à L’Argentière-la-Bessée, aura lieu le lundi 29 juin dans la matinée. Cette reconstitution, ordonnée par le pôle de l’instruction de Grenoble, aura lieu sous haute surveillance en raison des menaces potentielles qui pèsent sur le suspect de ces faits, Axel Maaziz. Cet habitant de La Roche-de-Rame, âgé de 31 ans, avait été interpellé par les gendarmes quelques heures après l’agression. Il est incarcéré depuis les faits.

Alors que la fillette rentrait à son domicile du Plan d’Ergue à la sortie de l’école primaire, vers 16h30, elle aurait été abordée dans la rue par Axel Maaziz, qui l’aurait contrainte à monter à bord de son véhicule. Elle aurait ensuite réussi à prendre la fuite et à se réfugier chez un particulier. La fillette portait les traces d’une tentative de strangulation.

En avril 2014, Axel Maaziz avait indiqué au magistrat instructeur qu’il avait « agi sous le coup d’une pulsion » et qu’il se voyait « par image en train de mettre les mains sur le cou de la fillette ».

Déjà condamné pour des infractions à la législation sur les stupéfiants, le mis en examen aurait également fait l’objet d’une enquête pour détention d’images pédophiles.

Son avocate, Me Marion Commandeur, du barreau de Grenoble, s’est refusée à tout commentaire sur cette affaire, en se retranchant derrière le secret de l’instruction. Elle indique ignorer pour l’heure si son client participera effectivement à cette reconstitution.


+ Sur le même sujet...