Partager sur Facebook Twitter Partager sur Google Plus
Tunnel du Chambon : voûte à démolir

Tunnel du Chambon : l’Isère vote la construction d’un itinéraire bis sur le versant opposé

19 Juin 2015 - 15:35

Itinéraire bisLe président du Département de l’Isère, Jean-Pierre Barbier, s’est déclaré pessimiste, ce vendredi matin, sur la réouverture du tunnel du Chambon. « La nouveauté, c’est l’accélération du glissement de terrain. 250.000 tonnes et 100.000 m3 avancent de 10 cm par jour, et ils risquent de tomber soit fin juin, soit début juillet », a déclaré M. Barbier devant le conseil départemental réuni en session plénière. A son initiative, le conseil départemental de l’Isère a voté le principe du financement de la construction d’un itinéraire bis sur le versant opposé du tunnel pour un montant de 5 millions d’euros, en plus des travaux dans le tunnel (1,4 M€), des navettes lacustres (231.000€) et des mesures en faveur de l’activité touristique de l’Oisans (100.000€) et des entreprises en difficulté (100.000€).

Cette piste de secours sera une route goudronnée où la circulation sera alternée. « Les entreprises ont été sollicitées, et les travaux peuvent débuter très rapidement », précise le Département de l’Isère. « Ne manque aujourd’hui que la validation de l’Etat qui doit autoriser le lancement de ces travaux dans des circonstances exceptionnelles, sans les nombreuses étapes préalables habituellement nécessaires. Le président Barbier a interpellé le préfet de l’Isère dès hier soir à ce sujet. » De son côté, le collectif du Chambon demande la vidange du lac du Chambon en raison des conséquences que pourrait avoir un glissement de terrain de 250.000 tonnes.

Le tunnel du Chambon est fermé depuis le 10 avril dernier en raison du risque d’effondrement de la voûte, entraînant la coupure de la RD 1091, qui permet de relier Grenoble à Briançon. Des navettes lacustres ont été mises en place depuis le 17 avril sur le lac du Chambon pour permettre à la population de la Haute-Romanche et de l’Oisans de se déplacer. Plus de 140 entreprises des Hautes-Alpes sont touchées par les conséquences de la fermeture de la RD 1091.

Les travaux de consolidation de la voûte du tunnel du Chambon continuent. « Les services du département de l’Isère et les entreprises en action sur le chantier vont tenter de gagner le contre-la-montre contre la montagne, espérant pouvoir stabiliser la cavité et poursuivre le chantier en cours jusqu’à son terme », indique le Département de l’Isère dans un communiqué. Ils consistent à construire une contre-voûte sous la voûte actuelle sur une longueur de 24 mètres. Comme la voûte menaçait de s’effondrer, elle a été démolie par micro minage. Pour travailler aux abords du coffrage, un bouclier métallique protège les personnels du chantier vis-à-vis d’éventuelles chute de pierres. La question de creuser un nouveau tunnel ou une nouvelle portion de tunnel pour s’écarter de la zone de désordre fait partie des hypothèses à ne pas exclure, indique le Département de l’Isère. « Son délai de mise en œuvre et son coût seraient importants mais cette alternative présente l’avantage d’offrir une très bonne pérennité. »

Le Galibier devrait être absent du Tour de France 2015

Quant à l’avant-dernière étape du Tour de France, prévue le 25 juillet entre Modane-ValFréjus et L’Alpe-d’Huez, elle devrait probablement éviter le Chambon. Elle empruntera vraisemblablement le col du Glandon pour redescendre vers la vallée de l’Eau d’Olle et arriver à L’Alpe-d’Huez quoi qu’il en soit. Le col du Galibier devrait donc être absent du Tour 2015.

Le député des Hautes-Alpes Joël Giraud et Christophe Pierrel, chef adjoint du cabinet de François Hollande (et tête de liste du PS aux élections régionales dans les Hautes-Alpes), se rendront à La Grave, ce samedi, pour rencontrer des habitants de la Haute-Romanche et du collectif du Chambon au sujet des conséquences de la fermeture du tunnel. Dès ce vendredi, les deux députés concernés, Joël Giraud et Marie-Noëlle Battistel (Isère), ont écrit au Premier ministre Manuel Valls pour solliciter une réunion interministériel d’urgence sur cette « catastrophe naturelle et humaine de grand ampleur ».

Par ailleurs, la communauté d’agglomération « Gap en + grand » a adopté à l’unanimité, ce vendredi soir, une motion de solidarité, à l’initiative de Jean-Claude Eyraud (opposition), reprise par le président Roger Didier, maire de Gap. La motion demande notamment au ministre de l’Intérieur et aux présidents des Régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes « d’apporter des réponses en termes de solidarité nationale et régionale, à la hauteur des enjeux et des attentes ».

Photo CD 38


+ Sur le même sujet...